Accusé d’avoir versé des pots-de-vin à plusieurs dirigeants de la FIFA pour l’attribution de la Coupe du monde 2022, le Qatar s’est défendu ce mardi. Des accusations que le pays estime « sans fondement ».

Après les nouvelles révélations de la justice américaine ce mardi dans le cadre de l’enquête du « FIFAgate », qui font clairement état de pots-de-vin au moment de l’attribution des Coupes du monde 2018 à la Russie et de celle de 2022 au Qatar, le pays du Moyen-Orient s’est défendu.

« (Le pays) dément fermement les allégations contenues dans les documents. Malgré des années de fausses accusations, aucune preuve n’a jamais été produite qui démontrerait que le Qatar a obtenu l’organisation du Mondial de manière douteuse ou par des moyens contrevenant aux règles strictes de la FIFA », peut-on lire dans un communiqué publié en réponse par le Comité suprême du Mondial 2022.