L’histoire était belle, mais rien ne vient l’étayer. Alors que la rumeur enfle, aucun chiffre ne confirme le phénomène de baby-boom en Islande consécutif à l’Euro 2016.

C’est un tweet de Pétur Asgeir, obstétricien islandais à Reykjavik, qui a enflammé la toile. Dans son post, il lance : Record de demandes de péridurales ce week-end dans le service de maternité. Neuf mois après la victoire face à l’Angleterre (2-1). Il y a neuf mois, jour pour jour, lundi 27 juin 2016, l’Islande s’offrait le plus grand exploit de son histoire en battant l’Angleterre, à Nice, en huitième de finale de l’Euro 2016 (2-1) et accédait aux quarts de finale. Une qualification historique pour ce pays d’un peu plus de 300.000 habitants. Il n’en fallait pas plus pour enflammer le réseau pour conclure à un baby-boom.

Contacté par Le Parisien, l’obstétricien dégonfle lui-même la rumeur. Tout d’abord, je ne suis pas sûr que ce soit vraiment le cas, nuance-t-il. Mon tweet était juste pour souligner le côté humoristique de la situation. La maternité de l’Hôpital National Landspitali a été très occupée ces derniers jours, et il y a eu exceptionnellement de nombreuses demandes d’anesthésies péridurales le week-end dernier. On a fait les calculs avec d’autres internes, et on a découvert que la victoire de l’Islande face à l’Angleterre à l’Euro datait d’il y a neuf mois. Nous avons trouvé cette coïncidence assez drôle, donc j’ai fait ce tweet, poursuit-il, avant de souligner : Mais ça ne doit pas être pris au sérieux, il n’y a absolument aucune statistique pour le confirmer !.