La procédure serait sans doute tombée dans l’oubli si Neymar avait rejoint le FC Barcelone cet été. Mais le Brésilien étant resté à Paris, le bras de fer avec son ancien club se poursuit devant la justice. Le quotidien sportif espagnol AS rappelle en effet que les parties ont rendez-vous le 27 septembre pour une audience à Barcelone, déjà reportée à deux reprises.

Le fond de l’affaire ? Le joueur du Paris SG réclame le versement du reliquat d’une prime d’un montant de 26 millions d’euros… que le club ne veut pas lui verser, au motif que son transfert à Paris à l’été 2017 aurait rendu caduque cette disposition liée à sa prolongation, l’année précédente. Le club catalan a d’ailleurs contre-attaqué pour rupture unilatérale de contrat et réclame 75 M€ à son ancien joueur.

Un an avant sa venue à Paris, lors des négociations pour prolonger son contrat, une convention prévoyait en effet que Neymar recevrait cette somme rondelette. Mais les Catalans avaient refusé de l’honorer, estimant que le départ surprise de la star au PSG rendait caduque cette disposition contractuelle. Depuis, les deux parties se déchirent sur le sujet. Le FC Barcelone réclame au Brésilien 75 millions d’euros en guise d’indemnité pour non respect du contrat, estimant que Neymar avait rompu de manière unilatérale son contrat en s’engageant au PSG. Ce qui est, théoriquement, le principe de la clause de départ de 222 M€ fixée dans son contrat…