L’Assemblée Nationale a fait un grand pas aujourd’hui vers la sacralisation du 5 mai.

L’Assemblée Nationale a voté jeudi pour qu’aucun match de football professionnel ne soit joué les 5 mai sur le territoire français. Une décision en hommage aux victimes de la catastrophe du stade de Furiani, qui avait fait 18 morts et plus de 2300 blessés le 5 mai 1992.

La proposition de loi a été adoptée en première lecture et va maintenant être examinée par le Sénat avant de revenir à l’Assemblée. Un moment important pour le football français et la reconnaissance de cette catastrophe.