Ce vendredi, l’AAIB, le service britannique en charge de l’enquête sur les circonstances du crash de l’avion d’Emiliano Sala, a publié ses conclusions. Un rapport qui révèle notamment que le pilote n’avait pas de licence adéquate et que plusieurs règles de sécurité ont été bafouées.

L’organisme britannique en charge de l’enquête sur l’accident ayant coûté la vie à l’ancien Nantais Emiliano Sala et à son pilote, le 21 janvier 2019, a rendu publique son rapport aujourd’hui. On y apprend notamment que le pilote n’avait pas la licence nécessaire pour effectuer un vol commercial et qu’une manœuvre réalisée à trop haute vitesse aurait été à l’origine de la perte de contrôle du véhicule.

Le rapport précise ensuite que les conditions météorologiques cette nuit-là étaient très dangereuses, que le pilote n’avait pas reçu d’entraînement à la conduite de nuit et qu’il manquait d’heures de vol sur ce type d’engin. Enfin, il n’y avait pas de détecteur de monoxyde de carbone (CO) à bord et le pilote, David Ibbotson, a “certainement” été victime d’un empoisonnement dû au taux de CO trop élevé dans le cockpit au moment du crash.

Un peu plus d’un an après la disparition de l’attaquant Argentin, des premiers éléments de réponse viennent éclaircir les circonstances du drame. Le conflit judiciaire entre les clubs de Nantes et Cardiff, lui, n’est toujours pas réglé.