Plusieurs jeunes joueurs du club de la capitale ont quitté le club lors de ce début de mercato, une décision difficile à comprendre. Arnaud Hermant, journaliste L’Equipe, essaye d’expliquer ces départs par la nouvelle dimension du PSG depuis quelques années.

“L’évolution ne date pas d’hier. Il y avait eu l’affaire Kingsley Coman avec un différend entre Laurent Blanc et Olivier Létang. C’est un exemple qui a montré que le PSG forme des joueurs mais ne sait pas derrière leur offrir une perspective en équipe première. Je sais des choses qui étaient remontées ces dernières années : le sentiment d’être moins bien traité que les jeunes étrangers. Par exemple Thilo Kehrer. Certains s’estimaient moins bien considérés qu’un Kehrer qui n’avait pas forcément fait beaucoup plus qu’eux en arrivant de Schalke”, a indiqué le journaliste sur l’antenne de Europe 1.

Avant de poursuivre : “Il y a ce problème un peu nouveau au PSG face aux jeunes : qu’est-ce qu’on peut leur proposer ? Vous avez Kimpembe mais qui n’a pas été non plus un titulaire indiscutable. Généralement, la paire c’était Silva-Marquinhos. Ceux qui sont partis, ils auraient pu peut-être entrer dans un turnover. Sauf qu’avec Neymar et Mbappé, le PSG est entré dans une nouvelle logique. Le PSG s’est dit que pour équilibrer les comptes il fallait vendre des joueurs. Vendre des joueurs pas forcément indiscutables… mais avec une certaine valeur. L’année dernière ils ont vendu Nkunku et Diaby pour à chaque fois plus de dix millions d’euros. Cela a permis d’équilibrer les comptes. Aujourd’hui, le PSG est aussi un club qui forme des joueurs pour les vendre afin d’équilibrer les comptes. Le souci, c’est que quand il veut en garder un, il part… et ça c’est plus gênant.”