Arjen Robben sera le principal danger à surveiller pour l’Argentine en demi-finale de la Coupe du monde face aux Pays-Bas. Meilleur joueur de son équipe depuis le début de la compétition, le gaucher arrive lancé et en pleine confiance.

Il y a autant de raisons d’adorer que de détester Arjen Robben. Capable de simuler pour permettre aux siens d’arracher un penalty décisif face au Mexique dans les dernières secondes en 8e de finale (1-2) ou de partir tête baissé en oubliant tous ses coéquipiers, le joueur du Bayern Munich est également un formidable joueur de football. Il le prouve depuis le début de la Coupe du monde, qu’il évolue en pointe aux côtés d’un Robin van Persie qu’il éclipse par son talent ou sur son côte droit de prédilection. Contre le Costa Rica en quart de finale, le gaucher a été une nouvelle fois le meilleur joueur des Oranjes, amenant sans cesse le danger par ses dribbles et ses prises de balle et ne tremblant pas au moment de transformer sa tentative durant la séance des tirs au but.

Ses statistiques attestent de son importance dans le parcours des joueurs de Louis van Gaal : auteur de 3 buts, il est le joueur ayant fait le plus de courses individuelles vers la surface (17e), et le troisième en terme de passes dans la surface (17), derrière les Argentins Lionel Messi (22) et Angel Di Maria (18). Ce dernier étant blessé, seul le premier nommé sera face à lui en demi-finales mercredi, sur la pelouse de Sao Paulo. Pas de quoi avoir peur dans les rangs néerlandais. L’Argentine a Messi. Nous avons Robben. Et franchement, le meilleur, c’est Arjen, a lancé Bert van Marwijk, son ancien sélectionneur, sur la chaîne NOS.

Robben, notre Messi néerlandais


Un avis que partage Jonnhy Rep, interrogé dans les colonnes de l’Equipe et pour qui Robben sera le facteur X de cette deuxième demi-finale : L’équipe joue de mieux en mieux, elle a un mental, de la chance et… Robben. On parle beaucoup de Messi et de James Rodriguez dans cette Coupe du monde mais, pour moi, le meilleur joueur, c’est Robben. Il avait déjà été bon en 2010. Mais là, il est vraiment extraordinaire ! Je ne l’avais jamais vu jouer comme ça. Robben, c’est notre Messi néerlandais. De quoi donner des regrets à Van Marwijk : Quand je vois le Robben d’aujourd’hui, j’avoue que je suis un peu jaloux. Quelle différence avec 2010, a ajouté le technicien, qui n’avait pas pu compter sur un joueur à 100% en Afrique du Sud.

Ses problèmes physiques récurrents sont derrière lui. Tout comme son incapacité à répondre présent sur la durée et à être régulier. A 30 ans, celui qui a prolongé avec le Bayern Munich jusqu’en 2017 ressort d’une saison pleine en club (42 matches, 21 buts) et prend son rôle de cadre au sérieux en sélection. Sur le terrain, c’est quelqu’un qui facilite la tâche des autres joueurs, a expliqué Georginio Wijnaldum sur le site de la FIFA. Et en dehors, c’est un leader qui nous tient en éveil. Arjen nous empêche de planer et il demande que l’on mette souvent beaucoup d’intensité lors des entraînements. Brillant sur le terrain en club comme en sélection, sérieux en dehors, tout proche d’une deuxième finale de Coupe du monde de suite : certains prétendent au Ballon d’Or pour moins que ça. Son duel avec Lionel Messi mercredi pourrait s’avérer décisif en vue de cette récompense.