Faciles vainqueurs de l’Espagne (5-1), les Pays-Bas ont frappé un premier grand coup dans cette Coupe du monde. Plus incisifs, les Oranje ont fait tomber un champion du monde en titre emprunté et méconnaissable. L’Espagne est déjà en danger…

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Pays-Bas ont pris leur revanche. Dans ce remake de la finale de l’édition 2010, les hommes de Louis van Gaal ont littéralement étrillé l’Espagne (5-1) et effacé l’amère défaite d’il y a quatre ans. Impuissante face au bloc batave, la Roja a véritablement explosé en seconde période et se trouve déjà en grand danger dans une poule où le Chili apparaît comme un sérieux outsider.

Grands hommes de la rencontre, Robin van Persie et Arjen Robben ont fait tomber à eux seuls une Espagne terrassée par les coups de boutoir du Mancunien et du Bavarois, insolents de facilité et bourreaux du soir. Déjà meilleur buteur de l’histoire des Pays-Bas, Van Persie a ajouté deux buts à son compteur international en permettant à son équipe d’égaliser peu avant la pause suite à une tête lobée sur laquelle Iker Casillas n’a rien pu faire (44e). Le capitaine espagnol peut en revanche s’en vouloir sur le quatrième but hollandais, inscrit par ce diable de Van Persie suite à un contrôle raté du portier madrilène (72e). De son côté, Arjen Robben n’a pas été en reste puisqu’il a marqué les deuxième et cinquième buts de son équipe, d’abord sur un enchaînement exceptionnel en pleine surface (53e) puis suite à un contre mené en soliste et conclu par l’humiliation de Sergio Ramos et Iker Casillas, complètement dépassés par la vitesse de l’ailier du Bayern (80e). Entre-temps, Stefan De Vrij y est lui aussi allé de son petit but, profitant d’une sortie ratée de Casillas sur coup franc pour propulser le ballon au fond des filets et inscrire le troisième but des siens (65e).

Étrillée, l’Espagne n’a en fait joué qu’un petit quart d’heure dans cette partie. Le temps d’obtenir un penalty litigieux provoqué par Diego Costa et transformé par Xabi Alonso, permettant à la Roja de virer en tête (27e). Mais c’était sans compter sur l’orgueil des Hollandais, auteurs d’un retour en grâce exceptionnel. La prestation des Pays-Bas est d’autant plus magistrale qu’Iker Casillas, passé à travers de son match, n’avait plus encaissé de but en phase finale de Coupe du monde depuis 476 minutes. Avec cinq buts dans la besace, le portier du Real Madrid ne battra finalement pas les 517 minutes de l’Italien Walter Zenga, détenteur du record suprême. Mais ce soir, les Espagnols pensent surtout à l’humiliation qu’ils ont subi sur la pelouse de l’Arena Fonte Nova, qui pourrait bien être celle qui a vu le règne de la Roja s’achever.