La blessure de Neymar est vécue comme un véritable drame au Brésil. Le numéro 10 de la Seleçao va terriblement manquer par son efficacité et par sa capacité à perforer les défenses adverses. D’autant que Luiz Felipe Scolari n’a pas vraiment d’alternative crédible au joueur du Barça dans son groupe.

Le choc passé, Luiz Felipe Scolari doit maintenant se creuser la tête : comment former son équipe, qui affrontera l’Allemagne mardi soir en demi-finale de la Coupe du monde, sans Neymar ? Seule véritable étoile offensive de la Seleçao depuis le début de la compétition, le Barcelonais va terriblement manquer à son équipe contre la Nationalmanschaft et lors d’une éventuelle finale. D’autant que les autres attaquants n’ont pas vraiment brillé depuis le 12 juin dernier et le match d’ouverture face à la Croatie.

Seuls Oscar (contre les Croates) et Fred (face au Cameroun) ont réussi à marquer un but depuis le début de la Coupe du monde, au sein de la ligne offensive brésilienne. Mais autant que son efficacité, c’est la capacité de Neymar à trouver des brèches au sein des défenses adverses qui va manquer. Le Brésil manque de dribbleur et ce n’est pas nouveau. Un comble pour cette sélection. Les absences de Ronaldinho et de Robinho parmi les 23 avaient d’ailleurs été pointée du doigt par la presse auriverde avant même le début de la compétition. La blessure de Neymar n’a fait que raviver les critiques.

Un plan B pour Scolari ?


Le choix qui semble le plus évident pour remplacer le jeune prodige de 22 ans est de titulariser Willian. Très bon contre-attaquant grâce à sa vitesse et sa conduite de balle, le joueur de Chelsea parait être un choix idéal pour affronter l’Allemagne, qui risque d’avoir la possession du ballon. Mais Willian est-il capable de faire face à la pression ? Son penalty manqué en 8e de finale face au Chili (1-1, 3 tab2 ) a soulevé des interrogations chez les Brésiliens.

Le parallèle avec la blessure de Pelé au Chili en 1962 n’a pas manqué d’être fait au Brésil. Coupe du monde que la Seleçao avait tout de même remporté. Mais à l’époque, O Rei semblait être mieux entouré, d’autant que son remplaçant, Amarildo, était loin d’avoir les pieds carrés. A Luiz Felipe Scolari de trouver un plan B pour accéder à la finale tant attendue. Mais sans Neymar, il faudra se faire une raison : mardi, ce seront les Allemands qui devraient avoir les faveurs des pronostics.