La Coupe du monde débute le 12 juin prochain, et entretemps, Sport.fr vous fait découvrir chacune des 32 équipes de la compétition. Comme à chaque Mondial, l’Italie, qui reste sur une finale de l’Euro 2012 perdue face à l’Espagne, fait partie des équipes favorites pour remporter le titre. Mais cette fois, la Squadra Azzurra compte se baser sur un jeu offensif pour parvenir à ses fins.

L’objectif : un quart la tête haute
Championne du monde en 2006 et finaliste de l’Euro 2012, l’Italie se prépare à disputer ce Mondial avec des certitudes. La Squadra Azzurra peut donc viser haut. Même si l’objectif officiel est la finale, tout le monde serait à peu près satisfait si l’Italie sort honorablement en quart de finale qui sera probablement contre l’Espagne ou le Brésil, nous explique Valentin Pauluzzi, journaliste pour le site internet Calciomio.fr, avant tout de même d’ajouter : J’insiste sur avec les honneurs et pas en se prenant une volée.

La star : Balotelli, homme médiatique, mais pas meneur de la Nazionale
Une star, c’est forcément un joueur de talent. Mais c’est aussi quelqu’un qui peut faire parler de lui dans les médias en dehors du terrain, comme Mario Balotelli. C’est le seul joueur italien vraiment dans le star-système entre publicités et exploits people hors du terrain, explique notre consultant. Son poste d’attaquant l’expose plus devant les médias. Son doublé face à l’Allemagne lors des demi-finales de l’Euro 2012 est encore dans toutes les mémoires, mais cette saison, Super Mario reste sur un exercice mi-figue, mi-raisin avec le Milan AC (14 buts en championnats). Cesare Prandelli sait qu’il pourra néanmoins compter sur ses vieux grognards pour mener la Nazionale vers les sommets. Si on se réfère au niveau de jeu et à la carrière, ce sont Buffon et Pirlo les vraies stars de l’équipe confirme Valentin Pauluzzi.

Le style : une mutation offensive confirmée
Alors qu’elle avait remporté la Coupe du monde 2006 en se basant sur une défense de fer, l’Italie est arrivée en finale de l’Euro 2012 en développant un jeu offensif sous la houlette de Prandelli. L’Italie est en pleine mutation depuis le cycle entamé par Prandelli en 2010. C’est une équipe qui prend des initiatives et qui n’hésite plus à faire le jeu désormais, quitte à s’exposer un peu plus qu’avant explique le journaliste de Calciomio.fr, pour qui les milieux de terrain retenus par Cesare Prandelli (Pirlo, Marchisio, Verratti ou encore De Rossi) sont l’illustration de cette nouvelle philosophie. De quoi conquérir ses supporters qui s’en étaient éloignés, ajoute notre interlocuteur. Enfin, cette équipe est capable de répondre à n’importe quel défi tactique qui lui est imposé : L’Italie n’a pas de système de jeu prédéfini et cherchera à s’adapter à l’adversaire du jour : 3-5-2, 4-3-3, 4-3-1-2, 4-5-1 et même 4-4-2 au programme. Qu’on se le dise, une fois de plus, l’Italie devrait être au rendez-vous lors de ce Mondial brésilien.

Benjamin Feurgard