Le Bayern Munich a remporté la Coupe d’Allemagne en battant le Borussia Dortmund en finale (2-0 ap) ce samedi. Après la Supercoupe d’Europe, le Mondial des clubs et la Bundesliga, c’est le quatrième titre du géant bavarois cette saison.

Ce Bayern est impérial. Outre-Rhin, du moins, où les Bavarois ont remporté la Coupe d’Allemagne aux dépens du Borussia Dortmund (2-0 ap) après avoir dominé la Bundesliga de la tête et des épaules. Exit la désillusion européenne, les hommes de Pep Guardiola ont repris les affaires courantes samedi soir et offert un quatrième titre à leurs supporters. Dans un match fermé et indécis, c’est Arjen Robben, qui avait déjà crucifié le BVB en finale de la Ligue des champions l’année dernière, qui a libéré les siens à la 107e minute avant que Thomas Müller n’aggrave la marque en toute fin de match.

Avant ce but libérateur, les deux formations n’ont cessé de se neutraliser. Peu d’occasions à se mettre sous la dent au cours du temps réglementaire, illustration que les Borussen savent tenir tête à leurs rivaux sur un match. Thomas Müller a malgré tout allumé la première mèche mais son tir a été repoussé par Roman Weidenfeller (3e), alors que Robert Lewandowski a décoché une frappe trop enlevée peu avant la pause (45e+1). Finalement, c’est même le Borussia Dortmund qui aurait dû passer en tête au tableau d’affichage puisque Mats Hummels a cru ouvrir le score mais son but a été injustement refusé, l’arbitre assistant jugeant à tort que sa tentative de la tête avait été repoussée devant la ligne par Dante (65e).

Robben trouve la faille

Après 90 minutes marquées par un score nul et vierge, c’est finalement le Bayern qui a réussi à ouvrir le score en prolongations. Après un premier quart d’heure à l’image du temps réglementaire, Jérôme Boateng a profité d’une mauvaise relance de la défense du BVB pour servir Arjen Robben. Esseulé au deuxième poteau, le Batave a transformé l’offrande en envoyant le ballon au fond des filets d’un Weidenfeller pas exempt de tout reproche (1-0, 107e). Marco Reus a bien tenté d’égaliser mais sa tentative puissante a été détournée in extremis par Jérôme Boateng, décidément héroïque (120e+1). En jouant son va-tout, le Borussia s’est découvert et a fini par tomber une seconde fois sur un contre mené par Thomas Müller, qui s’en est allé tromper le portier adverse et envoyer les siens au septième ciel (2-0, 120e+3), portant à quatre le nombre de titres remportés par ce Bayern version Guardiola.