Dans le cadre du fair-play financier, le PSG a échappé à une sanction, contrairement au Milan AC qui est interdit de Coupe d’Europe (voir ci-dessous). Mais en dévaluant ses contrats de sponsoring avec ses partenaires qataris, l’instance de contrôle financier des clubs (ICFC) a obligé le club parisien a boucler des transferts à la hâte avant la date-butoir du 30 juin. Explications.

On connaît la somme que le Paris Saint-Germain devait réunir d’ici au 30 juin, date de clôture de comptes 2017-2018, pour rester dans les clous du fair-play financier. Evalué entre 40 et 60 M€ selon les sources, ce montant s’élève à 51 M€. Il s’agit de la perte engendrée par la décote des contrats qataris.

Suspecté de ne pas respecter les règles du fair-play financier après les transferts de Neymar (222 M€) et de Kylian Mbappé (145 M€ + 35 M€ de bonus), le PSG n’a finalement écopé d’aucune sanction. Cependant, le club de la capitale a été mis sous pression avec «des ajustements significatifs à la juste valeur de plusieurs contrats de sponsoring de clubs». Ses ajustements concernent la dévaluation des contrats du PSG avec des partenaires commerciaux qataris. Selon L’Equipe, ces contrats ont été dévalués de 37% par l’UEFA ! Ainsi, l’instance de contrôle financier des clubs (ICFC) n’a retenu que 58 M€ sur le contrat avec Qatar Tourism Authority (QTA), valorisé à hauteur de 100 M€ annuels par le PSG après une première décote en 2014 (il rapporte 145 M€ par an au PSG). Le club de la capitale perd donc « virtuellement » 42 M€ sur son contrat le plus rémunérateur. Dans leur ensemble, les autres partenariats (QNB, Ooredoo…) ont été évalués à 29 M€ au lieu de 38 M€, soit une nouvelle perte de 9 M€. C’est cet écart de 51 M€ qui a forcé le champion de France à vendre des joueurs précipitamment pour répondre aux exigences de l’UEFA.

Objectif atteint avec les transferts de Javier Pastore à la Roma pour 24,7 M€, d’Odsonne Edouard au Celtic Glasgow pour près de 10 M€ et de Yuri Berchiche à l’Athletic Bilbao en échange de 20 M€ environ.


Le Milan AC interdit de Coupe d’Europe la saison prochaine

L’UEFA a sanctionné le club italien pour avoir enfreint les règles du fair-play financier. Le club italien ne pourra donc pas participer à la prochaine Ligue Europa, pour laquelle il s’était qualifié. Longtemps propriété de l’ancien premier ministre italien Silvio Berlusconi, Milan a été racheté en avril 2017 par des investisseurs chinois pour 740 M€. Depuis lors, l’UEFA s’est inquiétée de la stabilité financière du consortium, qui a dépensé quelque 200 M€ l’été dernier pour recruter de nouveaux joueurs et qui a dû contracter un prêt colossal auprès du fonds d’investissement américain, Elliott, également impliqué auprès du LOSC en France.

Sans surprise, le club italien fait appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).