Incontournable depuis deux ans avec Strasbourg, le latéral droit Kenny Lala (27 ans) affronte le PSG avec le RCS mercredi lors de la 16e journée de Ligue 1.

Les choses vont parfois vite en football, parfois non. A 27 ans, Kenny Lala est en train d’exploser au plus haut niveau. Défenseur le plus prolifique de Ligue 1 avec 2 buts et 4 passes décisives depuis le début de la saison (plus un penalty manqué à Guingamp), le Strasbourgeois serait convoité par plusieurs écuries, dont l’Olympique de Marseille. Alors que le poste de latéral droit semble en déshérence en France, on parle même de lui pour l’équipe de France. « À son poste, il n’y a pas 36 000 noms qui viennent en tête. Pavard, Sidibé sont en difficultés, il n’y a personne d’intouchable devant lui donc s’il continue à progresser pourquoi pas lui donner sa chance ? », estime Daniel Sanchez, son entraîneur lors de son passage à Valenciennes. Formé à l’ES Parisienne puis au Paris FC, il a débuté en National à l’âge de 18 ans. Sur un coup du sort. « Le titulaire m’avait planté et je lui ai donné sa chance en attendant de recruter, se souvient Jean-Luc Vannuchi, aujourd’hui entraîneur de l’équipe de France des moins de 18 ans. Il était un peu timide mais très respectueux. Il n’a eu besoin que de 4 matchs pour nous convaincre. Il était déjà puissant avec de grosses qualités physiques. J’ai poussé mes dirigeants pour le faire signer un contrat de 4 ans, j’avais peur qu’on se le fasse piquer en cours d’année. » Après une saison au Paris FC, il est transféré à Valenciennes, alors en Ligue 1. « En arrivant du monde amateur, il a dû assimiler les exigences du haut niveau et travailler sur son mental car son investissement était parfois en dent de scie, explique Daniel Sanchez dans Le Parisien. Mais on sentait déjà son gros potentiel par rapport à sa vitesse et sa détente. Il sait aller au bout de ses actions. Quand il déborde, c’est pour centrer, pas pour faire semblant ! » Après un passage par Lens (L2), le natif de Villepinte (Seine-Saint-Denis) va s’installer à Strasbourg où il s’impose à son poste depuis deux ans.

Sous contrat jusqu’en 2020, Lala doit « gagner en régularité », selon son entraîneur, Thierry Laurey, pour franchir un nouveau palier. Le Racing ne devrait le laisser partir lors du mercato d’hiver, mais la donne sera sûrement différente cet été. D’autant plus que Lala ne serait pas enclin à prolonger avec le club alsacien.