Pendant le huitième de finale retour de la Ligue des champions contre l’Olympique Lyonnais (5-1), le FC Barcelone a ouvert la marque sur un penalty de Lionel Messi, après une faute inexistante de Luis Suarez sur Jason Denayer. L’attaquant uruguayen affirme que la faute existait. Le président de l’OL pense exactement le contraire.

Dans des déclarations reprises par la presse espagnole, l’attaquant uruguayen a donné sa version des faits sur ce contact avec le défenseur belge. “Je le touche et cela m’a un peu déstabilisé, mais c’est à l’arbitre de décider.” Rappelons qu’un incident technique n’a pas permis à l’arbitre principal de visionner les images.

La VAR dans l’oeil du cyclone

Cette décision n’a pas été du goût des Gones, à l’image de leur président Jean-Michel Aulas, très remonté envers le VAR. Jean-Michel Aulas n’a en effet pas masqué sa déception. Après la défaite au Camp Nou (1-5), le président des Gones a en partiuclier regretté le penalty accordé aux Blaugrana, après une faute inexistante de Jason Denayer sur Luis Suarez. “Les faits de jeu nous ont été très défavorables, ils ont quand même probablement changé le sens du match. Quand vous perdez un gardien titulaire aussi bon qu’Anthony Lopes sur un choc, quand vous avez cette invraisemblable décision sur penalty… On aurait pu imaginer un scénario différent”, a-t-il déploré sur RMC Sport. “JMA” s’est montré critique envers le VAR. “Ce n’est pas un franc succès. Quand ça arrive dans un match déséquilibré, on peut imaginer que ça n’a pas d’incidence sur le résultat. Mais là, j’ai l’impression que ça a beaucoup pénalisé notre équipe et qu’on a eu un certain nombre de faiblesses ensuite.”