Ce mardi, le président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, a officiellement présenté à la presse son nouveau tandem brésilien : Juninho directeur sportif, Sylvinho entraîneur.

En préambule de la conférence de presse, le patron rhodanien n’a pas manqué de saluer Bruno Genesio : “Il a été d’une dignité parfaite et d’un soutien efficace”, a-t-il souligné. Il est ensuite revenu au présent : “Juni, vous connaissez son histoire. Il y a dix ans quand il est parti, je lui avais dit que mon grand projet serait qu’il revienne un jour avec d’autres fonctions. Il y a deux ans, j’ai essayé, sans succès. Mais cette année, quand je me suis dit qu’il fallait changer, je me suis dit qu’il nous fallait de la cohérence. Pour tous les salariés et les supporters. Donc on a parlé avec Juni, on l’a rencontré et les choses se sont conclues début mai à Los Angeles. Oui, je sais que j’ai dit que je n’y étais pas. J’ai menti, je le confesse”, a déclaré le président de l’OL.

Un petite larmichette d’émotion pour JMA

Il a lâché quelques mots sur le choix de l’entraîneur : “Ce n’est pas étonnant que Juninho ait choisi Sylvinho. Nous sommes convaincus que c’est un choix gagnant. Nous allons tout faire pour leur donner les moyens de réussir. On veut poursuivre l’évolution sportive de l’OL.” Il a enfin donné les détails des situations contractuelles des deux Brésiliens : “Juninho a signé un CDI avec nous. Sylvinho a lui signé 2 ans.”

Au moment de présenter son nouvel entraîneur et son nouveau directeur sportif, le président de l’Olympique Lyonnais avait les larmes aux yeux. “J’ai essayé de faire en sorte de convaincre Juninho, qui était extrêmement consentant pour revenir dix ans après à l’Olympique lyonnais, et je voudrais du fond du coeur le remercier… Parce que ça change beaucoup de choses dans le développement de ce que nous souhaitons faire (…) Et donc il a fallu construire autour de ce qu’il représente une organisation sportive. Il va prendre la direction sportive, et, dans cette perspective-là, je lui ai demandé de nous proposer ce qui lui paraissait le plus homogène, le plus cohérent pour le poste d’entraîneur. Donc j’ai beaucoup de plaisir à vous présenter Sylvinho”, a confié le dirigeants lyonnais devant les médias.

Ancien du Barça, Sylvinho promet un jeu de possession

Sylvinho a confié sa satisfaction d’avoir rejoint le banc lyonnais. Il souhaite mettre en place un football basé sur la possession du ballon. “Je suis très heureux d’être là. C’est un grand projet, dans un grand club, avec des gens de confiance. Je donnerai toutes mes forces et mon engagement. Et je ne suis pas aussi sérieux que j’en ai l’air”, a-t-il déclaré face aux journalistes. Il a donné des indications sur le football qu’il prônait : “J’aime jouer en 4-3-3, avec la possession de balle, dans le camp adverse. On ne joue pas au football sans inspiration et sans âme. On va travailler tous les concepts, mais il ne manquera ni d’âme ni d’inspiration dans cette équipe. Le meilleur joueur de cette équipe est né le 3 août 1950, c’est Lyon.”

Le Brésilien n’arrive pas en terrain inconnu : “Je connais bien le football français. Je vis actuellement à Milan, et je m’occupe de tous les Brésiliens qui jouent en Europe. J’ai joué dans ma carrière contre des équipes françaises. Il y a beaucoup de force physique en Ligue 1, avec une grande qualité technique. Je veux continuer et améliorer le travail de Bruno.” Il a enfin certifié que les joueurs allaient beaucoup travailler : “Je ne contrôle pas les résultats mais je contrôle le travail. Je peux l’assurer, on va beaucoup travailler.”

 

Juninho est pour sa part revenu sur son choix de proposer le poste d’entraîneur à son compatriote Sylvinho. L’ancien adjoint de Tite en sélection brésilienne était clairement le premier choix de l’ancien joueur emblématique des Gones qui a tout de suite proposé ce nom à Jean-Michel Aulas. “Le président est venu me voir personnellement en me disant qu’il fallait changer certaines choses et que j’aurais le droit de choisir l’entraîneur. On était d’accord de travailler sur la continuité. J’ai tout de suite pensé à Sylvinho. Il faisait du bon travail comme adjoint mais je crois aussi à sa qualité humaine. On est complémentaires parce qu’il est plus sérieux que moi”, a confié le nouveau dirigeant lyonnais.