Demi-finaliste de la dernière Ligue des Champions, l’AS Roma est en train de passer dans une autre dimension. Un changement dû à l’arrivée de Monchi, le directeur sportif du club qui gère de main de maître le mercato de la Louve.

 

Arrivé en provenance de Séville, l’été dernier, il fait le bilan et le point sur les dossiers chauds de ce mercato. Le directeur sportif tente de rassurer ses supporters qui n’ont pas apprécié le départ de Radja Nainggolan vers l’Inter Milan. Malgré tout, Monchi a déjà bien travailler avec les arrivées de Javier Pastore (PSG), Justin Kluivert (Ajax), Bryan Cristante (Atalanta), Davide Santon (Inter Milan), William Bianda (Lens), Ante Coric et Nicolo Zaniolo.

Depuis plusieurs jours, la presse annonce qu’Alisson va aussi quitter la capitale pour Liverpool. Le gardien brésilien devrait être vendu pour un joli montant de 75 millions d’euros. En cas de vente, le club serait en possession d’une belle somme d’argent pour s’offrir un nouveau gardien. Et la presse locale évoque depuis quelques semaines le nom d’Alphonse Areola, ainsi que Robin Olsen. “Jusqu’à présent, ce n’est pas encore bouclé pour Alisson. Ce sera fait quand tout sera prêt. Si tout se passe comme prévu, il ira à Liverpool. Alisson est très fort, mais il a pris un autre chemin. Je dois le remercier, il ne m’a jamais demandé à partir, mais je savais qu’il voulait y aller. Il a eu un bon comportement. S’il m’avait dit qu’il voulait rester, je ne l’aurais même pas vendu pour 200 M€”. A évoqué l’Espagnol. 

 

Un duel Olsen – Areola pour garder les buts

 

Concernant son successeur (Alisson), le directeur sportif pense bien évidemment au gardien du Paris Saint-Germain, qui est dans le flou pour son avenir, mais aussi à Robin Olsen, international Suédois. “Olsen est une possibilité, mais pas la seule. Nous travaillons, mais nous ne sommes pas pressés. Mieux vaut trouver de meilleures conditions économiques, et ne pas travailler sous une pression économique. Le travail du directeur sportif est aussi de comprendre ce qui est le mieux pour le club. Nous avons évalué les avantages et les inconvénients et nous avons fait un choix. Ce n’est pas un manque d’ambition.

Nous avons vendu par le passé Salah, Rüdiger et Nainggolan, ça ne change pas nos ambitions. Malheureusement, les derniers clubs italiens avec de l’ambition ont échoué, ils n’ont pas le droit de disputer une Coupe d’Europe (Milan AC) ou ont du mal à faire leur marché. J’essaie de construire une Roma la plus forte possible, pour cette saison mais aussi les prochaines. Je suis sûr que je peux le faire, non pas à 99 % mais à 100 %. L’année dernière, on entendait la même chose et nous avons fait la meilleure saison de ces dix dernières années”, a-t-il lancé.

 

Malcom, aussi un nom à surveiller

 

Outre le marché des gardiens, Monchi cherche aussi à renforcer l’équipe de Di Francesco sur le plan offensif. Pour cela, il revient sur le dossier Malcom. Le Brésilien des Girondins de Bordeaux est sur le départ depuis la fin de saison et son club veut en tirer le maximum. “Mon travail consiste à trouver une façon de bâtir une équipe plus forte. Je sais que les fans sont fatigués des paroles mais je suis ici depuis 14 mois. Il y a trois mois, Kluivert semblait être une piste impossible, comme Pastore. Malcom est une possibilité. Il ne faut donc pas seulement parler de la vente d’Alisson et Nainggolan. Je reçois beaucoup de messages de félicitations. Mes collègues me connaissent. Deux joueurs forts sont partis mais certains restent meilleurs que la saison dernière et d’autres forts viendront, à coup sûr. Il reste quelques semaines pour travailler.

Je sais que parfois il faut faire des choses que les fans ne comprennent pas mais je le fais pour le club. Je ne cherche pas d’excuses : si je ne gagne rien après un ou deux ans, je prends l’avion et je pars.” Un discours clair qui promet une fin de mercato complètement folle.

G. Zerbone