Le président du club de rugby toulonnais a fait un appel au calme. Il en a profité pour mettre un tir aux “crânes rasés” qui n’avaient, selon lui, rien compris à ses propos.

“Je n’avais pas anticipé la dimension des supporters crânes rasés qu’il peut y avoir dans le football. Je suis habitué aux supporters de rugby où on a l’art du chambrage, mais ça s’arrête à se chambrer quoi… Et donc mettre le feu ça ne veut pas dire incendier et tout casser, ça veut dire mettre l’ambiance. Mais il se trouve que le football a des règles assez simples quelque part, et ça emmène des gens simplistes et il y a des supporters crânes rasés qui prennent tout au premier degré. Effectivement, je ne l’avais pas perçu”, a-t-il déclaré à RMC.

Il demande au public phocéen d’être exemplaire : “Il est bien évident que je n’appelle pas à tout casser à Lyon au sens premier du terme, poursuit-il. Si je peux passer un message, j’ai envie de dire aux Marseillais : “Allez à Lyon, ramenez la coupe d’Europe si possible, et sans qu’un seul pot de fleurs soit cassé. Montrez l’exemple !” Parce que tous les crânes rasés qui voient les supporters marseillais comme un public de cité, de délinquants, en disant “ils vont venir tout casser, ils nous envahissent”, montrez-leur au contraire que vous êtes capables de mettre une super ambiance, que vous êtes capables de vous mélanger à tout le monde, et que tout le monde se dise “ils sont vachement bien” et qu’il n’y ait pas le moindre incident. Ce serait le plus beau des messages que les Marseillais puissent donner à la France du football… Et aux crânes rasés.”

Les termes “crânes rasés” semblent faire allusion aux supporters d’extrêmes droites de Lyon, de Madrid et de Bruxelles qui veulent se réunir en marge de la finale de la Ligue Europa.