Les Jeux paraméricains ont eu un remake de ce qu’il s’est déjà passé lors des JO de Mexico en 1968, lorsque Tommie Smith et John Carlos avaient levé le poing contre la ségrégation raciale. Ce week-end, deux athlètes américains ont de nouveau profité du podium pour protester contre le gouvernement lors de l’hymne national américain.

Le Fleurettiste Race Imboden, numéro 2 mondial, et Gwen Berry, athlète spécialiste du lancer de marteau, ont tous les deux protesté contre le gouvernement américain à leur manière. Le premier a décidé ce dimanche, de mettre le genou droit à terre lors de l’hymne de son pays. La seconde, qui a décroché l’or dans sa discipline, a décidé de lever le poing, comme l’ont fait Tommie Smith et John Carlos en 1968, lors du podium. Mais ces manifestations politiques pourraient bien leur valoir des sanctions…

Le Comité olympique américain a en effet déclaré : “Nous respectons votre droit d’exprimer vos points de vue, mais nous sommes  déçus que vous ayez choisi de ne pas respecter votre engagement. Notre direction examine les conséquences qui en résulteront”.

“Un président qui répand la haine”

Si la jeune femme n’a pas donné d’explication concrète à son geste, Race Imboden a lui tenu à s’expliquer par le biais de son compte Twitter. “Ma fierté (de représenter les USA) a été altérée par les multiples insuffisances du pays que je porte si fièrement dans mon coeur. Racisme, contrôle des armes à feu, mauvais traitement des immigrants, et un président qui répand la haine (…) J’ai choisi de sacrifier mon moment sur le podium aujourd’hui pour attirer l’attention sur des problèmesqui, selon moi, doivent être réglés (…) J’encourage les autres à utiliser les podiums, pour l’émancipation et le changement”.