Près de deux heures ont été nécessaires mardi au jury des commissaires du Tour de France pour exclure le champion du monde, le Slovaque Peter Sagan, après l’arrivée de la 4e étape à Vittel.

Dans un premier temps, le jury a envisagé de sanctionner Peter Sagan d’une double pénalité, en temps et en points. Mais, les éléments se sont accumulés à l’encontre du champion du monde suite aux réclamations portées par les équipes du Britannique Mark Cavendish (Dimension Data) et de l’Allemand John Degenkolb (Trek). Tous deux se sont retrouvés à terre dans la ligne droite finale après que le Slovaque a tassé Cavendish le long des barrières.

Pour la défense de Sagan, plusieurs responsables de l’équipe Bora ont argumenté devant le jury. Principalement son entraîneur, l’Espagnol Patxi Vila, qui était prêt à se satisfaire d’un déclassement dans l’étape et cherchait surtout à éviter la disqualification. Mais l’examen répété des images TV, semblant montrer un geste intentionnel et soulignant un comportement dangereux, a permis aux commissaires de conclure en défaveur du champion du monde.

La dernière exclusion pour comportement dangereux dans le sprint remonte, selon l’organisation du Tour, à l’édition 2010. L’Australien Mark Renshaw, qui travaillait pour… Cavendish, avait été puni pour des coups de tête répétés au Néo-Zélandais Julian Dean. Auparavant, le Belge Tom Steels avait été exclu du Tour 1997, au soir de l’étape de Marennes, pour avoir jeté un bidon vers un adversaire (Frédéric Moncassin).