Chris Froome (Sky) a remporté son quatrième Tour de France et n’est plus qu’à une unité du record. Uran et Bardet complètent le podium au général.

Le Britannique Chris Froome (Sky) a donc remporté pour la quatrième fois le Tour de France, dimanche, à Paris, après la 21e étape gagnée sur les Champs-Elysées par le Néerlandais Dylan Groenewegen (Lotto NL). Froome, qui n’est plus qu’à une victoire du record, a devancé au classement final le Colombien Rigoberto Uran et le Français Romain Bardet. Il s’est imposé pour la quatrième fois en cinq éditions. Depuis 2013, il n’a perdu qu’une seule fois dans le Tour (abandon sur chute en 2014). Cette année, l’Anglais, né au Kenya voici 32 ans, n’a gagné aucune étape, pour la première fois depuis sa prise de pouvoir. Sa marge (54 secondes) sur le deuxième est également la plus étroite de ses quatre victoires. Mais Froome s’est montré supérieur à ses rivaux dans les deux contre-la-montre au programme. Avec l’appui de son équipe, la plus puissante du peloton, Froome a contrôlé ses adversaires en montagne en ne faiblissant qu’une seule fois, le 13 juillet, à l’arrivée en haut de l’altiport de Peyragudes dans les Pyrénées.

Barguil rouge de bonheur

Cette 104e édition a souri aussi à l’équipe Sunweb qui a décroché deux maillots distinctifs: les pois rouges du meilleur grimpeur pour Warren Barguil qui est devenu le chouchou du public français après ses deux victoires d’étape, et le vert pour l’Australien Michael Matthews, qui a pris la suite au palmarès du champion du monde, le Slovaque Peter Sagan, exclu de la course dès le quatrième jour (sprint dangereux).

Dans la dernière étape (103 km à partir de Montgeron), l’absence de l’Allemand Marcel Kittel, vainqueur à cinq reprises avant d’abandonner sur chute dans les Alpes, a laissé la route ouverte à Groenewegen, vainqueur pour la première fois sur le Tour. Le jeune Néerlandais de 24 ans, champion de son pays l’an passé, a résisté au retour en trombe de l’Allemand André Greipel, vainqueur les deux années précédentes. Le Norvégien Edvald Boasson Hagen s’est classé troisième devant le Français Nacer Bouhanni.