Le Gorille de Rostock, le surnom de l’Allemand André Greipel, a répondu une nouvelle fois présent dans le Giro dont il a emporté mercredi, à Bénévent, la 5e étape devant le Français Arnaud Démare. Le Néerlandais Tom Dumoulin (Giant) a conservé le maillot rose de leader à la veille de la première journée en moyenne montagne.

L’Allemand André Greipel, alias le Gorille de Rostock, a remporté au sprint la 5e étape du Giro, mercredi, à Bénévent (sud), devant le Français Arnaud Démare. Le Néerlandais Tom Dumoulin (Giant) a conservé le maillot rose de leader à la veille de la première journée en moyenne montagne. Dans le sprint jugé en légère montée, Greipel (Lotto) s’est imposé très nettement, en force, en lançant son effort à plus de 250 mètres de la ligne. Démare s’est classé deuxième pour la deuxième fois depuis le départ, quatre jours après s’être incliné aux Pays-Bas derrière un autre Allemand, Marcel Kittel.

L’Italien Sonny Colbrelli a pris la troisième place devant le Luxembourgeois Bob Jungels au terme des 233 kilomètres. Greipel, qui est âgé de 33 ans, a gagné pour la quatrième fois de sa carrière dans le Giro. Il a signé aussi son quatrième succès de la saison. L’échappée du jour a réuni quatre coureurs (Brutt, Foliforov, Oss, Txurruka) partis après une quarantaine de kilomètres. Le quatuor a compté jusqu’à 7 minutes d’avance avant d’être repris à 6,5 kilomètres de l’arrivée, au premier passage sur la ligne.

Kittel, distancé dans le final, n’a pu lutter pour la victoire d’étape. L’approche du sprint a été troublée au dernier kilomètre par la chute de l’Estonien Rein Taaramae, en tête du groupe. Jeudi, la course arrive pour la première fois en altitude. La 6e étape, longue de 157 kilomètres à partir de Ponte, se conclut sur les hauteurs de Roccaraso, après une montée de 16,8 kilomètres à 4,8 % de pente moyenne.