Les coureurs de l’équipe AG2R La Mondiale ont stigmatisé mercredi l’inconséquence de leur coéquipier Lloyd Mondory au lendemain de la révélation de son contrôle antidopage positif à l’EPO.

Samuel Dumoulin, entouré des autres coureurs de la formation française et de représentants d’autres équipes, a lu un message avant le départ de la troisième étape de Paris-Nice, à Saint-Amand-Montrond. Aujourd’hui, nous avons mal. Pour nous, la plaie prendra du temps à cicatriser, a notamment déclaré le capitaine de route de l’équipe française. Après tant d’années à lutter contre le dopage, nous ne renoncerons pas malgré le sentiment d’impuissance qui nous envahit parfois. Les tricheurs doivent être mis hors du système. Nous ne voulons pas baisser la tête et nous continuerons le combat, a insisté Dumoulin. Amaël Moinard (BMC), présent à ses côtés, a parlé d’un acte inconscient et individuel qui jette l’opprobre sur tous les coureurs car les gens font des amalgames.

Mondory, positif à un contrôle inopiné le 17 février dernier, a été suspendu dans l’attente de la procédure disciplinaire le concernant. Agé de 32 ans et professionnel depuis 2004, le coureur a accompli toute sa carrière sous le maillot de son équipe actuelle pour laquelle il a gagné en 2006 la Coupe de France.