Tony Parker, président de l’ASVEL, est revenu dans les colonnes de L’Equipe sur le licenciement de son entraîneur Zvezdan Mitrovic. Une décision pleinement assumée par l’ancien joueur et prise en concertation avec Nicolas Batum, directeur des opérations basket du club, et Jean-Michel Aulas, patron d’OL Groupe.

“Il y a une procédure en cours donc je ne peux pas rentrer trop dans les détails. C’est évident que ce n’est pas lié aux résultats sportifs. Mais quand tu es à l’Asvel, tu as une certaine image à véhiculer, un respect à montrer et les résultats ne font pas tout. Avec Nico (Batum), on était prêts à vivre avec pas mal de choses parce que l’on gagnait. Mais il y a des limites qui ont été franchies. Il y a des choses qui avaient été négociées avec lui, avant son contrat, qu’il fallait respecter et il ne les a pas respectées”, a indiqué Tony Parker dans les colonnes de L’Equipe.

Avant de rentrer dans les détails : “C’est tout un truc : l’image, le respect envers les gens… Malheureusement je ne peux pas, pour l’instant, trop entrer dans les détails. Mais on pourra en parler un jour, une fois que la situation sera réglée. Malgré tout cela, Nico et moi, on l’a toujours soutenu, dans toutes les situations. On a choisi de vivre avec certaines problématiques pendant un an et demi, mais il y a des limites qui ont été largement franchies. C’est tout ce que je peux dire […] On va se diriger vers les tribunaux. C’est probable que Zvezdan va contester la décision du club. Je n’ai pas l’habitude de régler nos problèmes par voie de presse. C’est la première et la dernière fois que je m’exprime sur ce sujet-là. Il y a une procédure en cours. Le secret des vestiaires est une règle morale et la confidentialité des procédures est une règle écrite. J’essaie de faire en sorte que l’Asvel respecte les règles et personne n’est au-dessus des règles.”