Ménagé pour la Coupe du monde, Tony Parker ne regrette pas son choix. Le meneur de jeu se veut toutefois optimiste pour les Bleus en Espagne et dans un futur proche.

Ça fait bizarre. Vraiment très bizarre. Interrogé dans l’Equipe, Tony Parker le reconnaît. Si ce n’est pas un déchirement, ne pas être à la Coupe du monde avec l’équipe de France n’est pas facile pour lui. Premier supporter des Bleus, le meneur de jeu assure n’avoir raté aucun match. Pour lui, cette décision de se ménager reste toutefois un mal pour un bien.

Je connais mon corps, je ne voulais pas risquer une grosse blessure. J’ai joué beaucoup au basket dans les quatre dernières années, c’était justifié pour moi de m’arrêter cet été, pour repartir de plus belle l’année prochaine. Aucun regret donc de ne pas être en Espagne. Observateur attentif de la compétition, il est conscient que c’est dommage de ne pas défendre ce titre de champion d’Europe au complet.

Avec Noah en 2015 et 2016 ?


L’optimisme reste de mise concernant ses coéquipiers : Mais je pense qu’on a assez de talent pour faire quelque chose de bien dans cette compétition. Il reste tout de même pas mal de joueurs majeurs qui étaient là en 2013, et Nico (Batum) et Boris (Diaw) sont deux leaders importants. Cette équipe a les moyens de faire quelque chose, assure-t-il, promettant un avenir radieux aux Bleus.

Quand je vais revenir pour l’Euro 2015, je suis sûr que ce sera la plus belle équipe de France de l’histoire !, veut croire Parker, espérant vraiment que (Joakim) Noah sera là. Ce serait bien qu’il vienne pour qu’on aille faire un gros truc à Rio en 2016, se met à rêver Parker. Avec lui et Noah, qui a préféré décliner la sélection pour les derniers grands rendez-vous, sûr que les Bleus compteraient parmi les favoris des prochaines échéances internationales.