Donald Sterling change encore d’avis. L’homme d’affaires refuse finalement de céder les Los Angeles Clippers et maintient sa plainte contre la NBA.

Affaire Sterling, nouvel épisode. Tout semblait réglé : Donald Sterling, suspendu à vie par la NBA pour avoir tenu des propos racistes, annonçait la semaine passée qu’il acceptait de vendre les Los Angeles Clippers et de retirer sa plainte contre la Ligue de basket-ball. Le rachat de la franchise par Steeve Ballmer, ex-PSG de Microsoft, semblait en bonne voie. Mais ça, c’était avant le nouveau revirement de situation.

Dans un courrier relayé par ESPN, Sterling annonce qu’il va finalement se battre pour défendre ses droits. Plus question d’accepter la vente de la franchise qu’il détient depuis 1981 ou de retirer sa plainte contre la NBA, qui l’a également sanctionné d’une amende de 2,5 millions de dollars. Dès le début, je ne voulais pas vendre les Clippers, affirme Sterling, pour qui les décisions d’Adam Silver (commissaire de la NBA), sont une violation de mes droits, alors qu’il a tenu ses propos racistes dans le cadre privé et sous le coup de la colère.

Souffrant de la maladie d’Alzeihmer depuis plusieurs années, Sterling réclame 1 milliard de dollars de dommages et intérêts à la NBA et n’a pas l’intention de se laisser faire dans ce dossier. Les 2/3 propriétaires des autres franchises NBA vont devoir désormais donner leur accord pour entamer le processus de vente des Clippers. Rendez-vous au prochain épisode.