La femme de Donald Sterling s’est montrée combative jeudi lors du procès qui l’oppose à son mari sur la vente de leur équipe des LA Clippers, après s’être fait traiter de cochon la veille par son époux.

Jeudi, au quatrième jour du procès qui doit déterminer si elle a le droit d’aller de l’avant dans la vente des Clippers à Steve Ballmer, l’ex-patron de Microsoft, à laquelle s’oppose dorénavant à son mari, Shelley Sterling est apparue souriante, sûre d’elle, plaisantant et contredisant avec fermeté l’avocat de son époux Maxwell Blecher.

Shelley Sterling s’est défendue des accusations de conspiration pour faire passer son mari pour dément et le démettre de ses fonctions dans leurs holding familiale. Elle a d’ailleurs fait valoir qu’elle n’avait aucunement besoin de l’argument de la démence pour tenter de le faire démettre de leur holding familiale: Il m’avait donné un mandat pour la vente, je n’avais pas besoin de ça.

La veille, Donald Sterling avait affirmé que sa femme l’avait trahi.

Rappelons que le milliardaire de 80 ans est suspendu à vie par la NBA pour avoir tenu des propos racistes lors d’une conversation enregistrée à son insu. La Ligue souhaite ardemment qu’il cède les LA Clippers et sorte définitivement du monde du basket américain.