A 22 ans, Kawhi Leonard a été nommé MVP de la finale NBA. Trois ans après son arrivée, l’ailier incarne plus que jamais l’avenir des Spurs.

Depuis des années, San Antonio s’est fait une réputation en révélant des joueurs inconnus. Tony Parker ou Manu Ginobili, débauchés en Europe, symbolisent parfaitement la réussite des Spurs dans leur recrutement. On pourra désormais citer Kawhi Leonard dans cette catégorie. Quinzième choix de la draft en 2011 et envoyé directement par Indiana au Texas en échange de George Hill, l’ailier de 22 ans est le troisième joueur le plus plus à avoir été nommé MVP de la finale NBA, après les légendes Magic Jonhson et son coéquipier Tim Duncan. Et ce alors qu’il n’a pas encore eu le privilège de disputer un All-Star Game.

Un exploit auquel l’intéressé ne prêtait pas attention avant le match 5 décisif face à Miami et qu’il avait du mal à réaliser. C’est comme un rêve pour moi. C’est ma deuxième finale pour ma troisième année. J’ai progressé chaque saison, comme l’équipe, a déclaré celui dont le père a été assassiné en 2008 et qui a littéralement survolé cette finale (17,8 pts à 61,2% aux tirs et 6,4 rbds sur la série). Il écoute et apprend vraiment vite et c’est un compétiteur incroyable, a assuré son coach Gregg Popovich.Il a fait du chemin. Il est en avance. Il en veut plus. Il veut qu’on le pousse.

Plus précis, puis puissant (2m01, 104 kg) et tout simplement meilleur que lors de ses deux premières saisons en NBA, l’ancien joueur de San Diego incarne le futur des Spurs de l’aveu même d’un Dwyane Wade impressionné. Il joue librement. Il n’a pas pris seulement ce que la défense le donnait, mais il a pris ce qu’il voulait tout le temps, a déclaré le coéquipier d’un LeBron James souvent en difficulté face à Leonard. L’avenir appartient à ce dernier. Et ce n’est pas pour déplaire au nouveau champion NBA.