La Chine a réalisé un exploit en 2012 en réalisant le premier Grand Chelem olympique de badminton. A Rio, l’Espagne en simple dames et le Danemark en doubles vont se dresser devant les Chinois pour les empêcher de le réaliser à nouveau.

Cette année aux Jeux olympiques de Rio (5-21 août), la Chine compte bien rééditer son exploit de Londres où elle avait remporté les cinq titres mis en jeu en badminton et réalisant ainsi le premier Grand Chelem de l’histoire olympique de la discipline. Mais cette année, deux pays européens tenteront de mettre fin à la suprématie chinoise : l’Espagne et le Danemark. Depuis 2014 et son premier titre mondial, l’Espagnole Carolina Marin est devenue la reine du badminton féminin. Actuellement double championne du monde en titre, la numéro un mondiale fera tout pour décrocher son premier titre olympique. Au cours du tournoi, elle devrait rencontrer la championne olympique en titre et numéro trois mondiale actuellement, la Chinoise Li Xuerui.

L’autre nation européenne qui tentera de se mettre en travers du chemin des Chinois est le Danemark. Le pays nordique sera particulièrement dangereux dans les différents doubles (masculin, féminin et mixte), des épreuves où il réalise de bons résultats depuis plusieurs années. En simple, deux joueurs danois tenteront de se frayer un chemin jusqu’au podium, Viktor Axelsen et Jan O Jorgensen, respectivement quatrième et cinquième mondiaux. Cependant, cela s’annonce très compliqué pour eux puisque les médailles semblent destinées aux trois favoris de l’épreuve : le Malaisien Lee Chong Wei, le nouveau numéro un mondial après une suspension de 8 mois pour dopage, et les Chinois Lin Dan, double champion olympique en titre (numéro trois mondial), et Chen Long, double champion du monde et deuxième mondial.

Sébastien Crouzol