Leader du rallye d’Australie le matin des premières spéciales, Kris Meeke (Citroën DS3) est rentré dans le rang à la fin de la journée. Les trois pilotes Volkswagen Sébastien Ogier, Jari-Matti Latvala et Andreas Mikkelsen ont pris les commandes.

Dans le rôle de l’arroseur arrosé, le Britannique Kris Meeke (Citroën DS3), en tête depuis le matin, n’a pu que constater les dégâts: trois secondes de perdues à chaque passage dans la courte super-spéciale de Coffs Harbour (1,56 km), soit deux secondes au kilomètre, parce que la piste était trempée et glissante quand il est passé, dans les premiers. Et parce qu’elle avait un peu séché quand est venu le tour des pilotes VW, quelques minutes plus tard, l’ordre de passage étant inversé pour faire plaisir à la télévision.

Le matin Kris Meeke avait su profiter de sa position sur la route (8e) pour signer deux temps scratch (ES2, ES3) sur des pistes en terre que Sébastien Ogier, Jari-Matti Latvala et Andreas Mikkelsen, partis devant lui dans l’ordre du championnat du monde, étaient obligés de balayer, laissant derrière eux un énorme nuage de poussière. Les choses sont rentrés dans l’ordre l’après-midi. Le Britannique n’a pu que constater les dégâts : trois secondes de perdues à chaque passage dans la courte super-spéciale de Coffs Harbour (1,56 km), soit deux secondes au kilomètre, parce que la piste était trempée et glissante quand il est passé, dans les premiers. Et parce qu’elle avait un peu séché quand est venu le tour des pilotes Volkswagen, quelques minutes plus tard, l’ordre de passage étant inversé pour faire plaisir à la télévision.

J’étais en tête en Allemagne pendant une centaine de mètres (ndlr: avant d’abandonner sur sortie de route, le dimanche matin), et là j’étais en tête après deux boucles (de 3 spéciales), donc ça veut dire que je progresse, a plaisanté Meeke. Mais mon but n’est pas de gagner ce rallye face à des types qui se battent pour le titre mondial, c’est de progresser pas à pas, a tempéré le Nord Irlandais.

Ogier et Latvala se sont d’abord partagé les temps scratch de l’après-midi, puis le Français a sauté sur l’occasion de finir la journée en beauté en signant deux fois le meilleur temps dans la super-spéciale (ES7, ES8), ce qui lui a permis de passer en tête avec quatre dixièmes d’avance sur Latvala. Inquiet à cause d’une fuite d’eau indécelable sur sa Polo-R, le champion du monde y a remédié comme n’importe quel conducteur du dimanche, en remettant de l’eau dans le radiateur avant chaque spéciale.

Samedi, la 2e journée promet d’être compliquée après l’énorme orage tropical qui s’est abattu sur Coffs Harbour. Il n’y aura que deux spéciales à parcourir deux fois, mais l’une d’elles (Nambucca) sera longue de 50 km et forcément très boueuse, vu les prévisions de la météo australienne.

Classement après la 1re journée
1. Sébastien Ogier / Julien Ingrassia (Volkswagen Polo R WRC) 58:05.8
2. Jari-Matti Latvala / Miikka Anttila (Volkswagen Polo R WRC) +0.4
3. Andreas Mikkelsen / Ola Floene (Volkswagen Polo R WRC) +3.5
4. Kris Meeke / Paul Nagle (Citroën DS3 WRC) +4.1
5. Mikko Hirvonen / Jarmo Lehtinen (Ford Fiesta RS WRC) +7.9
6. Hayden Paddon / John Kennard (Hyundai i20 WRC) +46.4
7. Mads Østberg / Jonas Andersson (Citroën DS3 WRC) +50.3
8. Robert Kubica / Maciej Szczepaniak (Ford Fiesta RS WRC) +57.6
9. Elfyn Evans / Daniel Barritt (Ford Fiesta RS WRC) +1:30.5
10. Thierry Neuville / Nicolas Gilsoul (Hyundai i20 WRC) +2:08.4