Après son départ forcé de chez Volkswagen il y a quelques mois, le Champion du monde en titre a décidé de s’asseoir dans le baquet de la Ford Fiesta RS développée par l’équipe de Malcolm Wilson, M-Sport. Preuve que le Français figure parmi les meilleurs pilotes inscrits en WRC, il remportera aussitôt la première manche de la saison, le rallye de Monte-Carlo. Mieux, il se retrouve en tête du classement pilotes avant le Tour de Corse. Les objectifs de Sébastien Ogier sont simples : Gagner la course ! Sport.fr a rencontré ce grand champion à Bastia.

-Sébastien Ogier, le Rallye de Corse est très ouvert. Nombreux sont les pilotes qui peuvent gagner ce week-end…
-C’est vrai ! C’est assez caractéristique de tout début de saison. Peut-être plus encore cette année. On a vu que sur chaque course, il y a eu un vainqueur différent, avec une voiture différente. Les seuls qui n’ont pas gagné, ce sont les pilotes de chez Hyundai. Et encore… ce sont eux qui ont réalisé les meilleurs temps au scratch. Ça prouve bien qu’ils sont performants… C’est un Championnat qui s’annonce assez ouvert. Vous avez raison ! Et ici, en Corse, il y a des chances pour que la bataille soit intense. C’est un parcours que l’on connaît tous parfaitement. C’est quasiment le même que celui d’il y a 6 mois… Du coup, ça risque de resserrer un peu plus les écarts. Nous sommes tous prêts à nous battre. Chez Ford M-Sport, notre objectif est simple : gagner !

-Ce qui est assez exceptionnel, c’est votre victoire dès le début de saison dans un nouveau baquet à Monte-Carlo…
-Ce fut une bonne surprise, c’est clair ! Parce qu’avec si peu de préparation, on a abordé le Rallye de Monte Carlo avec une multitude de questions. On se demandait ce que nous étions capable de faire. D’un autre côté, j’étais assez relaxe. Plutôt zen. Je suis arrivé sur le circuit dans une voiture que je découvrais, certes, mais sans rien avoir à prouver. 4 titres de « Champion du monde », ça vous aide à y voir plus clair. A être serein. Je n’avais qu’un seul objectif : me servir de mon expérience et donner le meilleur de moi-même pour gagner avec ce nouveau volant. Sans trop me poser de questions. Je pense que c’est ce qui nous a permis de réaliser ce beau début de saison. Même si j’ai été plus rapide par le passé, je pense que nous avons été suffisamment intelligents pour marquer des points essentiels et figurer aujourd’hui en tête du Championnat.

-Le comportement de la voiture ?
-Pour être tout à fait honnête, j’ai de meilleures sensations sur l’asphalte que sur la terre. L’équilibre me correspond mieux. Je la sens mieux dans cette configuration de course. C’est aussi pour ça que je suis en confiance en Corse. Sur la terre, ça progresse. Mais nous n’avons pas encore eu assez de temps pour corriger les quelques défauts qui me gênent. La semaine prochaine, nous avons une séance de développement de prévu. J’espère qu’elle nous permettra d’aller de l’avant.

-Qu’est ce qui vous gêne ?
-C’est globalement lié à l’équilibre général de la voiture. Je n’arrive pas vraiment à jouer avec comme je le désire… pour dire les choses clairement et simplement.

-Quand la météo n’est pas favorable, vous faites pourtant souvent la différence…
-C’est souvent quand un rallye se complique que le pilote et son équipage se révèlent. Qu’ils ont enfin la chance de se différencier de la concurrence ! Reste que la Corse s’annonce sous une météo clémente… ce qui n’est pas pour nos déplaire. C’est plus sympa et plus facile pour tout le monde. S’il se mettait à pleuvoir, les routes seront plus grasses et glissantes. Pas forcément une bonne chose !

-Un mot sur le retrait de Volkswagen du Championnat WRC. Comment l’avez vous vécu ?
-Ca n’est vraiment pas la fin de saison que j’aurais souhaité avoir l’année dernière, c’est évident ! Ce fut une énorme surprise… On ne s’y attendait pas du tout. Une fois que la décision est tombée, je ne me suis pas pour autant lamenté sur mon sort. Je me suis plutôt dit… « Il faut positiver » ; « Regarde ces années fantastiques passés avec eux » ; « On a eu beaucoup de succès ensemble » ; etc.  Il fallait regarder en avant et trouver des solutions pour continuer de piloter dans les meilleures conditions.

-Vous avez signé pour un an avec Ford M-Sport. Avez-vous prévu de reconduire votre contrat ?
-Quand on signe pour un an, c’est justement parce qu’il y a des choses à valider avant d’envisager la suite… On se laisse encore un peu de temps avec Ford M-Sport. Le contrat est signé pour une année. Maintenant, l’objectif quand on est pilote, c’est toujours d’acquérir une certaine stabilité. De voir sur la durée… Moi, c’est ce qui me permet d’être performant. On verra ce que l’avenir nous réserve. Pour que nous décidions de rester avec Julien Ingrassia, il va falloir que Ford s’investisse un peu plus qu’à l’heure actuelle.

-Red Bull Tv propose des live pour la première fois. C’est une bonne chose selon vous pour la discipline ?
-C’est un vrai plus. C’est certain ! Surtout cette année, avec les nouveaux règlements… les voitures sont plus spectaculaires, le championnat plus ouvert… On a d’ailleurs ressenti un engouement fort du public pour la compétition dès Monte Carlo. Le fait que Red Bull Tv propose des spéciales en live, à recevoir gratuitement sur leur application, en plus du web, ne peut qu’être bénéfique pour notre sport. Cette immédiateté de l’information et des résultats en direct, rendue possible avec les smartphones, c’est l’avenir ! L’assurance d’intéresser tous les publics y compris les plus jeunes. Les résumés d’après rallye, tels qu’on les a toujours connus à la télévision, sont beaucoup moins suivis par les gens. Simplement parce qu’internet nous permet d’accéder à l’info en temps réel. Ce vent nouveau était nécessaire !

Résumés tous les soirs à 22h sur Red Bull TV
Live de 90 minutes samedi à 15h50