Alors que Toyota volait vers la victoire aux 24 Heures du Mans, la voiture n°5 s’est arrêtée à l’approche du dernier tour, victime d’un problème mécanique. Porsche, qui comptait plus d’une minute de retard, en profite pour remporter une victoire inespérée avec la voiture numéro 2 du Français Romain Dumas, l’Allemand Marc Lieb et le Suisse Neel Jani.

Le Français Romain Dumas, l’Allemand Marc Lieb et le Suisse Neel Jani (Porsche 919 Hybrid) ont remporté dimanche les 24 Heures du Mans, profitant de la panne de la Toyota de tête qui a calé sous la passerelle d’arrivée, à un tour du drapeau à damier.

Toyota court toujours après sa première victoire dans la Sarthe, depuis sa toute première participation en 1986. La Toyota N.5, que le Japonais Kazuki Nakajima partageait avec le Suisse Sébastien Buemi et le Britannique Anthony Davidson, s’est arrêtée au 383e tour, avant 15h00, en raison d’une panne mécanique, alors qu’elle avait réalisé une course parfaite depuis samedi à 15h00. Ce n’est pas possible, a répété plusieurs fois le speaker officiel des 24 Heures, devant un public abasourdi, tétanisé par un tel dénouement cauchemardesque, au terme d’une course fantastique. En application du règlement particulier des 24 Heures du Mans, faute d’avoir pu accomplir son dernier tour en moins de six minutes, la Toyota n°5 ne figure même pas au classement final de l’épreuve.

Le podium de cette 84e édition, qui rentrera dans les annales, est donc constitué de la Porsche victorieuse, la N.2, de l’autre Toyota TS050 Hybrid, la N.6 du trio Sarrazin-Conway-Kobayashi, en tête en début de course, et de l’Audi N.8 de Duval-Jarvis-di Grassi. Le constructeur allemand poursuit donc sa présence ininterrompue sur le podium des 24 Heures du Mans depuis 1999 !

C’est la 18e victoire de Porsche au Mans, et la 2e de Romain Dumas, déjà victorieux en 2010 dans une Audi.

En LM P2, c’est une victoire française de l’équipe Signatech Alpine sur l’Alpine A460-Nissan de Menezes, Lapierre (déjà vainqueur dans la catégorie en 2015) et Richelmi.

Ford pour son retour au Mans 50 ans après son triplé historique s’impose en LM GTE Pro avec la n°68 du trio Hand/Müller/Bourdais et Scuderia Corsa s’offre la victoire en LM GTE Am grâce à l’équipage Sweedler/Bell/Segal. A noter enfin la très belle course de Frédéric Sausset, quadri amputé, qui a pris le départ des 24 Heures, dans le cadre du 56e stand avec Tinseau et Bouvet et qui réalise la performance de franchir le drapeau à damier en 39e position.
Classement final

1. Dumas-Jani-Lieb (FRA-SUI-GER/Porsche 919 Hybrid), 384 tours
2. Sarrazin-Conway-Kobayashi (FRA-GBR-JPN/Toyota TS050 Hybrid) à 3 tours
3. Duval-Jarvis-di Grassi (FRA-GBR-BRA/Audi R18) à 12 tours
4. Tréluyer-Fässler-Lotterer (FRA-SUI-GER/Audi R18) à 17 tours
5. Lapierre-Richelmi-Menezes (FRA-MCO-USA/Alpine-Nissan) à 27 tours (1er catégorie LMP2)
6. Rast-Stevens-Rusinov (GER-GBR-RUS/Oreca-Nissan) à 27 tours
7. Petrov-Shaitar-Ladygin (RUS/BR01-Nissan) à 31 tours
8. Leventis-Watts-Kane (GBR/Gibson-Nissan) à 33 tours
9. Gommendy-Junjin-de Bruijn (FRA-CHN-NED/Oreca-Nissan) à 36 tours
10. Canal-Berthon-Rojas (FRA-FRA-MEX/Ligier-Nissan) à 36 tours
11. Minassian-Mediani-Aleshin (FRA-ITA-RUS/BR01-Nissan) à 37 tours
12. Barthez-Chatin-Buret (FRA/Ligier-Nissan) à 37 tours
13. Webber-Hartley-Bernhard (AUS-NZL-GER/Porsche 919 Hybrid) à 38 tours
14. Vanthoor-Pew-Negri (BEL-USA-USA/Ligier-Honda) à 39 tours
15. Gonzalez-Senna-Albuquerque (MEX-BRA-PRT/Ligier-Nissan) à 40 tours
16. Sharp-Brown-van Overbeek (USA/Ligier-Nissan) à 43 tours
17. Hoy-Munemann-Pizzitola (GBR-GBR-FRA/Ligier-Nissan) à 43 tours
18. Bourdais-Müller-Hand (FRA-GER-USA/Ford GT) à 44 tours (1er catégorie GTE-Pro)
19. Fisichella-Malucelli-Vilander (ITA-ITA-FIN/Ferrari 488) à 44 tours
20. Dixon-Briscoe-Westbrook (NZL-AUS-GBR/Ford GT) à 44 tours
21. Pla-Mücke-Johnson (FRA-GER-USA/Ford GT) à 45 tours
22. Kröhn-Jönsson-Barbosa (USA-SWE-PRT/Ligier-Nissan) à 46 tours
23. Sorensen-Thiim-Turner (DEN-DEN-GBR/Aston Martin Vantage) à 46 tours
24. Stanaway-Rees-Adam (NZL-BRA-GBR/Aston Martin Vantage) à 47 tours
25. Magnussen-Garcia-R.Taylor (DEN-ESP-USA/Chevrolet Corvette) à 48 tours
26. Sweedler-Bell-Segal (USA/Ferrari 458) à 53 tours
27. Collard-Perrodo-Aguas (FRA-FRA-PRT/Ferrari 458) à 53 tours
28. Al Qubaisi-Long-Heinemeier-Hansson (UAE-USA-DEN/Porsche 911 RSR) à 54 tours
29. Prost-Piquet Jr-Heidfeld (FRA-BRA-GER/Rebellion-AER) à 54 tours
30. Sun-Sawa-Bell (MAL-JPN-GBR/Ferrari 458) à 55 tours
31. Lietz-Christensen-Eng (AUT-DEN-AUT/Porsche 911 RSR) à 55 tours
32. Capillaire-Maris-Coleman (FRA-FRA-GBR/Ligier-Judd) à 56 tours
33. Wainwright-Caroll-Baker (GBR/Porsche 911 RSR) à 56 tours
34. Keating-Bleekemolen-Goosens (USA-DEN-BEL/Oreca-Nissan) à 61 tours
35. Laursen-Mac-Nielsen (DEN/Ferrari 458) à 65 tours
36. Howard-Griffin-Hirsch (GBR-GBR-SUI/Aston Martin Vantage) à 66 tours
37. Yamagishi-Ragues-Belloc (JPN-FRA-FRA/Chevrolet Corvette) à 68 tours
38. Sausset-Tinseau-Bouvet (FRA/Morgan-Nissan) à 69 tours
39. O’Connell-Bryant-Patterson (USA-GBR-USA/Chevrolet Corvette) à 78 tours
40. Franchitti-Priaulx-Tincknell (GBR/Ford GT) à 78 tours
41. Ried-Henzler-Camathias (GER-GER-SUI/Porsche 911 RSR) à 84 tours
42. Dalziel-Derani-Cumming (GBR-BRA-CAN/Ligier-Nissan) à 87 tours
43. Nakano-Leutwiler-Winslow (JPN-SUI-GBR/Oreca-Judd) à 87 tours
44. Cameron-Griffin-Scott (GBR-IRL-GBR/Ferrari 458) à 95 tours