À 23 ans, Mary Cain dénonce les conditions d’entraînements que lui infligeait Alberto Salazar, actuellement suspendu pour allégations de dopage.

En plus de ces accusations, Mary Cain assure, à travers une vidéo pour le New York Times, que son ex entraîneur au Nike Oregon Project avait ignoré “ses actes d’automutilation”. “J’ai rejoint Nike parce que je voulais être la meilleure athlète féminine de tous les temps. Au lieu de cela, j’ai été agressée physiquement et émotionnellement par un système conçu par Alberto et approuvé par Nike“, a-t-elle déclaré. L’entraîneur l’aurait, selon ses propos, convaincu que “pour que je puisse m’améliorer, je devais devenir de plus en plus mince“. Pour cela, Alberto Salazar l’a pesée régulièrement. Si elle avait le malheur de ne pas faire le poids qu’il lui demandait, il lui “faisait honte publiquement”. “Il voulait me donner des pilules contraceptives et des diurétiques pour perdre du poids” continue-t-elle. “Après des mois de privations, je n’avais plus mes règlesEt je me suis brisée cinq os.

La championne du monde juniors du 3 000 m en 2014 est même allée jusqu’à avoir des idées suicidaires et à se mutiler. Elle assure que des personnes du staff de Nike Oregon Project l’avaient vu faire, mais qu’ils n’avaient pas réagi. Depuis les affaires révélées sur Alberto Salazar, la jeune femme, considérée à l’époque comme l’une des athlètes les plus rapides des États-Unis, a quitté le Nike Oregon Project. “Je me suis retrouvée dans un système conçu par et pour les hommes qui détruit les corps de jeunes filles (…) J’ai vraiment de l’espoir pour ce sport et j’ai l’intention de courir pendant encore de nombreuses années. C’est en partie pour cette raison que je tiens à mettre fin à ce chapitre et à en commencer un nouveau“.