Lors d’un entretien donné à l’AFP, le chef de l’antidopage russe, Iouri Ganous a déclaré que son pays devrait être banni des deux prochains Jeux Olympiques, au Japon et en Chine.

Une enquête est toujours en cours au sujet de la possible falsification de données transmises à l’Agence mondiale antidopage (AMA), par les autorités russes. Selon Iouri Ganous, le chef de l’antidopage russe, la solution adoptée serait de bannir à nouveau la Russie des Jeux Olympiques. En 2018, les athlètes russes autorisés à participer aux JO n’avaient pas pu représenter leur pays, là aussi pour des soupçons de dopage.

Les conséquences pourraient donc être les mêmes pour les Jeux de 2020 et 2022, en plus de restrictions dans l’organisation en Russie de compétitions internationales, de l’exclusion de ressortissants russes des fédérations internationales et d’amendes. « L’équipe olympique de la Fédération de Russie sera privée d’une participation pleine et entière aux JO de Tokyo, et je pense que ce sera le cas aussi en ChineLes sportifs ne participeront pas sous leur drapeau et à part entière à Tokyo. C’est un coup porté à la génération actuelle de sportifs et aux générations à venir. Une tragédie. »