Le président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) Sebastian Coe ne voit “aucune raison” à un boycott des Championnats du monde 2019 (29 septembre-6 octobre), organisés au Qatar, en conflit avec ses voisins du Golfe depuis plus d’un an. “Je veux que toutes les fédérations soient présentes. Il n’y a aucune raison qu’elles ne soient pas là. Les tensions politiques émergent de temps en temps”, a assuré le patron de l’IAAF en marge des Jeux asiatiques en Indonésie. “Il est important que le sport conserve sa primauté. Si vous n’êtes pas prudent, les partenariats établis en fonction de la politique peuvent se révéler éphémères. Je suis certain que tout le monde sera au Qatar.”

Depuis plus d’un an en effet, les pays voisins du Qatar, l’Arabie saoudite en tête, ont rompu leurs liens avec Doha. Ils l’accusent de “financer le terrorisme” et lui reprochent de se rapprocher de l’Iran chiite, grand rival de royaume saoudien. Des accusations que Doha dément.

Quid de la Russie ?
Coe n’est pas sûr de la présence à Doha de la Russie, suspendue depuis novembre 2015 en raison de la mise en place d’un système de dopage institutionnalisé. “La réponse la plus honnête, c’est que je ne sais pas”, a expliqué le Britannique double médaillé d’or olympique sur 1500 m (1980, 1984). “Nous attendons toujours que l’AMA détermine si le laboratoire de Moscou est en conformité avec le règlement ou pas… Ils vont nous présenter un rapport en novembre. Mais il est clair que le processus qui a été enclenché ira jusqu’au bout”, a-t-il assuré ensuite.