"Moose" veut revenir plus fort en 2014

Voile / Volvo Ocean Race

"Moose" veut revenir plus fort en 2014
Photo DR

"Moose" veut revenir plus fort en 2014

Dimanche 8 juillet 2012 - 12:02

"Moose" n'est pas à sa place... Deux fois vainqueur de la Volvo Ocean Race, Marin de l'année 2006, le Néo-Zélandais Mike Sanderson termine l'édition 2011-2012 en 6e et dernière position mais prévoit déjà de revenir en 2014. Pour gagner.

"Je me suis vite aperçu que nous n'étions pas assez rapides" pour remporter cette course, affirme-t-il dans un entretien à l'AFP. "Il était clair que les plans de (l'architecte franco-argentin) Juan K. (Kouyoumdjian) étaient un cran au-dessus du lot."

Le voilier français Groupama 4, que Franck Cammas a mené à la victoire dans cette course autour du monde en équipage avec escales, a été dessiné par "Juan K.", comme ses adversaires américain Puma (3e) et espagnol Telefonica (4e).

"Nous manquions de puissance et ce handicap se faisait sentir aussi bien lors des régates côtières que des manches océaniques. C'était dur psychologiquement", ajoute "Moose" (son surnom), qui ne nourrit toutefois aucune amertume à l'issue de quelque 39.300 milles (70.740 km) de galères à répétition.

Sanya, un plan du cabinet américain Farr Yacht Design, avait déjà disputé la Volvo Ocean Race 2008-2009 sous le nom de Telefonica Blue, terminant 3e.

Reconditionné pour l'édition 2011-2012 et rebaptisé Sanya, le VO70 (21,50 m) chinois était mené par un équipage au sein duquel les Kiwis étaient largement majoritaires. Teng Jiang He, alias Tiger, était le seul Chinois du bord.

Les problèmes de Sanya ont commencé quelques heures après le départ d'Alicante (Espagne), dans la nuit du 4 au 5 novembre, avec un grave problème structurel qui a entraîné son abandon dans la première manche et son transport par cargo jusqu'au Cap (Afrique du Sud).

Une nouvelle avarie, cette fois-ci avec son gréement, a contraint Sanya à faire escale à Madagascar dans la deuxième manche océanique.

"C'est dans mes veines"


Le coup de grâce a été porté dans la cinquième manche, entre Auckland (Nouvelle-Zélande) et Itajai (Brésil). A nouveau victime de graves problèmes structurels, Sanya a été contraint de faire escale au Chili. Une fois réparé, le bateau a rejoint la Floride en cargo, ne marquant aucun point dans les 5e et 6e étapes. La messe était dite.

"Nous aurions préféré acheter Ericsson 4 (ndlr: vainqueur en 2009 avec le Brésilien Torben Grael), confie Sanderson, 41 ans, mais ça n'a pas été possible. Pourtant, c'était notre premier choix."

Peu après sa victoire en 2009, Ericsson 4 avait été acquis par Groupama et c'est à bord de ce plan Juan K. très performant que Cammas et les siens ont commencé leurs entraînements en vue de la Volvo Ocean Race.

"Je veux revenir en 2014 avec un VOR65 (ndlr: le monotype des prochaines éditions de la course, long de 19,80 m), ajoute Sanderson. C'est important pour moi."

La présence d'un bateau chinois dans la course autour du monde a généré "un énorme intérêt en Chine", note "Moose". "Je vais sans tarder chercher de nouveaux sponsors pour la prochaine édition."

"La Volvo fait partie de ma vie depuis mon enfance", explique encore le skipper Néo-Zélandais, qui a épousé la navigatrice britannique Emma Richards lors d'une étape de l'édition 2005-2006 de la Volvo. "C'est dans mes veines. Je vais revenir la prochaine fois et je gagnerai..."

Jamais deux sans trois?





Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr


Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine