Voile - Vendée Globe

Jérémie Beyou passe enfin le cap Horn

Jérémie Beyou passe enfin le cap Horn

Jérémie Beyou (Maître Coq) a vécu mardi un grand moment. Pour sa troisième participation au Vendée Globe, le Finistérien de 40 ans a enfin atteint le Graal en franchissant pour la première fois de sa vie le Cap Horn. "J'ai pris beaucoup de départs de tours du monde : Vendée Globe, Trophée Jules Verne, Barcelona World Race. Et je n'ai jamais réussi à franchir ce grand cap. Je vivrai ce passage comme un soulagement, par rapport à tous les échecs précédents", expliquait Beyou il y a quelques jours. Il aura mis 51 jours 1 heure et 42 minutes depuis le départ des Sables d'Olonne, le 6 novembre dernier.

En guise d'au revoir, le Pacifique, dans lequel il aura passé 18 jours, lui a réservé un franchissement de Cap Horn « technique et intense » dans 30-35 nœuds d'un vent arrière l'obligeant à quelques empannages, une manœuvre jamais facile dans ces conditions, surtout après plus de 50 jours de mer, mais également parce que le couloir étroit entre le « caillou » et la zone interdite des glaces ne donnent guère le droit à l'erreur. Il s'agit désormais de penser à la suite et notamment à la remontée de l'Atlantique Sud qui réserve souvent son lot de surprises, bonnes ou mauvaises, et dans laquelle s'est souvent jouée l'issue du Vendée Globe. "C'est une zone dans laquelle il y a une bataille permanente entre les dépressions qui passent au sud, un chapelet de petites dépressions qui descendent du nord-ouest et l'anticyclone de Sainte-Hélène" explique Philippe Legros, responsable Performance au sein de l'équipe Maître CoQ. Troisième du classement, l'écart avec Banque Populaire VIII (Armel Le Cleac'h) est de 4 jours 1 heure et 10 minutes. Il est de 2 jours 2 heures et 2 minutes avec Hugo Boss (Alex Thomson).





à lire aussi

Buzz sport

Paris n'a pas le choix : il faut gagner à Nice Ligue 1

Paris n'a pas le choix : il faut gagner à Nice

Ce dimanche à 21 h suite et fin de la 35e journée de Ligue 1 avec le choc entre le PSG et l'OGC Nice. Les hommes d'Unai Emery se déplacent avec une seule idée en tête, la victoire. Une défaite où un nul serait synonyme d'échec dans la course au titre avec Monaco, qui a maintenu la pression en s'imposant face à Toulouse (3-1), et pourrait relancer Nice pour une potentielle deuxième place. Un match qui devrait tenir toutes ses promesses.