Guillemot: "On est dans une autre échelle"

Voile / Vendée Globe

Guillemot: "On est dans une autre échelle"

Mercredi 10 décembre 2008 - 17:34

En 11e position, à 182,6 milles du leader au classement, Marc Guillemot (Safran) se place parmi les quatorze bateaux en course pour la victoire sur le Vendée Globe.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Mike Golding, troisième lors de la précédente édition, accusait à ce stade de la course quelque 700 milles de retard sur le leader. Aujourd'hui, il faut remonter jusqu'à Dee Caffari (Aviva), 16e, pour retrouver un tel écart. Mais les skippers savent bien que ces écarts ne représentent que peu de chose, que tout peut basculer très vite et être remis en question. "C'est vrai que c’est frustrant de faire la course derrière, reconnaît Marc Guillemot. Mais, dans le même temps, je me sens pleinement dans le match. Le bateau fonctionne bien, physiquement je vais bien, rares ont été les fois où je me suis mis dans le rouge. Le rythme est là, il est élevé, mais il ne me pose pas de problèmes particuliers".

Entre Quarantièmes Rugissants et Cinquantièmes Hurlants, la présence sur le pont est réduite au maximum, mais "hier, sous spi, j'ai barré quelques heures avant de confier la tâche au pilote automatique. J'ai même pu aller dormir. Comme quoi, avoir un bon pilote et savoir ne pas se mettre dans le rouge sont deux sources de succès". Coup d'œil dans le rétroviseur quand, la semaine dernière, le skipper de Safran a vu Michel Desjoyeaux (Foncia) le doubler. Guillemot, victime d'une déprogrammation de son pilote, ne pouvait plus tenir la cadence alors qu'il avait contenu jusque-là le retour de son adversaire. Depuis, il a su remettre en ordre de route ses pilotes automatiques, avec lesquels il est "maintenant en confiance", et reprendre sa marche en avant. "Je vais certainement passer dans le sud des Kerguelen. En ce moment, il n'y a plus que 25 nœuds de vent et j'ai l'impression que c'est mou. On est dans une autre échelle ici. En dessous de 30 nœuds, c'est comme s'il n'y avait pas de vent". "Attention, sur le pont, je ne traîne pas, et si j'ai choisi un intérieur sommaire je ne m'en plains pas. Mais c'est vrai qu'il fait très froid. La buée sort à jet continue de ma bouche".





Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr


Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine