Yann Eliès, le revenant magnifique

Voile / Solitaire du Figaro

Yann Eliès, le revenant magnifique

Yann Eliès, le revenant magnifique

Dimanche 23 juin 2013 - 17:11

Le visage porte encore les stigmates du combat homérique livré dans la Manche au cours de la dernière étape de la Solitaire du Figaro mais le sourire est solidement accroché: Yann Eliès, vainqueur avec panache dans le gros temps, ne peut dissimuler une joie immense.

A 39 ans, le Briochin a remporté samedi soir à Dieppe (Seine-Maritime) l'une de ses plus belles victoires. Dans la douleur et avec les tripes, car il en fallait pour revenir dans la course après avoir failli abandonner lors de la 3e étape, quand l'étai de son Figaro a cassé.

Eliès, déjà vainqueur de la Solitaire en 2012, a ajouté une belle ligne à un palmarès déjà fourni. "Ça a été une belle bagarre, a-t-il reconnu. Ce doublé, c'est un rêve qui était peu probable. Peu l'ont fait (ndlr: seul Guy Cornou, en 1975 et 1976) et je l'ai fait!"

Samedi soir, le Breton a aussi montré une facette moins connue de son personnage, parlant avec émotion de ses trois enfants (Marie, Titouan, Emilie) et de son père Patrick, vainqueur de cette même course en 1979.

"J'ai pensé à mes enfants, j'avais envie qu'ils soient fiers de leur père", a-t-il dit, les cheveux encore chargés de sel et les yeux rougis par l'effort. "Quand je pensais à eux, ça me donnait des frissons. Mon père me l'a montré: il faut être têtu, il ne faut jamais rien lâcher".

Cette victoire est d'autant plus justifiée qu'Eliès n'a pas toujours eu la réussite qu'il méritait.

Champion de France de course au large en solitaire en 2004 et en 2006, identifié à juste titre comme le nouvel espoir de la course au large, une voie royale s'offre à lui. Il abandonne provisoirement le "petit" (10,10 m) Figaro pour la taille au-dessus, le 60 pieds Imoca (18,28 m), avec pour objectif la course dont rêvent tous les solitaires, le Vendée Globe.

Un nouveau Vendée Globe?


Le 8 novembre 2008, il prend le départ de cette course en solitaire et sans escale autour du monde. Le 18 décembre, au sud de l'Australie, il fait une mauvaise chute sur le pont de son monocoque en travaillant sur la plage avant: fémur cassé, il souffre le martyre avant d'être évacué trois jours plus tard par une frégate australienne.

Generali, son bateau, ne pourra être sauvé et coulera avant que son équipe, envoyée sur place, ne puisse le récupérer.

En 2009, il revient sur la Solitaire du Figaro et termine 2e derrière Nicolas Lunven au classement général. "J'espère prouver à tout le monde qu'il y a eu cet épisode-là (l'accident dans le Grand Sud), mais aussi que j'ai une valeur sportive, que je l'ai retrouvée, avait-il alors déclaré. C'est important d'exister sportivement. Je n'ai pas envie qu'on voie ma tronche dans les journaux uniquement pour ce fait d'armes. Là, c'est chose faite".

Avec cette 2e victoire dans la Solitaire du Figaro et une fois revenu de Polynésie où il s'envolera avec sa femme Olivia, ses enfants et ses parents, Eliès va naviguer à nouveau en 60 pieds (avec Bernard Stamm sur Cheminées Poujoulat) et en trimaran Multi50 (avec Erwan Le Roux sur FenêtréA-Cardinal, avec lequel il disputera la prochaine Jacques-Vabre).

Et il ne cache pas qu'il aimerait bien participer à un nouveau Vendée Globe pour, dit-il, "boucler la boucle".





Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr


Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine

Promo Sport-kiff.com