Tennis - US Open

Bartoli devant un défi de taille

Bartoli devant un défi de taille

Après un printemps décevant qui l'a notamment vue disparaître dès le 2e tour à Roland-Garros et à Wimbledon, Marion Bartoli semble retrouver la même forme qu'en début de saison, lorsqu'elle avait atteint la finale à Paris en février et les demi-finales à Miami, fin mars. En Floride elle avait d'ailleurs fait grand bruit en mettant fin à la série de 26 victoires consécutives de la Bélarusse Victoria Azarenka, N.1 mondiale, jusqu'alors invaincu en 2012.

Cet été, Bartoli était allée de désillusion en désillusion, malgré une parenthèse à Carlsbad (finale), un tournoi dont elle était tête de série N.1 car trop proche des jeux Olympiques pour les principales joueuses mondiales. Manquer les JO, à cause de son imbroglio avec la Fédération française de tennis autour de sa participation de la Fed Cup, avait également été une déception.

La N.1 Française, formidable de combativité dimanche en 8e de finale face à la Tchèque Petra Kvitova (5e mondiale) après la perte 6-1 du premier set, n'avait encore jamais atteint les quarts de finale à New York, où elle n'a guère réussi chez les pro malgré son titre chez les juniors en 2001. A ce jour, Bartoli n'a jamais réussi à trouver la clé pour battre Sharapova.

"Je n'ai jamais gagné contre Maria, sauf chez les moins de 16 ans mais ça ne compte plus", se rappelle l'Auvergnate de 27 ans. En quatre rencontres, Bartoli n'a même jamais pris un set non plus à la Russe. "La dernière fois que je l'ai jouée, c'était il y a deux ans (août 2010 à Cincinnati) et j'ai le souvenir de n'avoir jamais été en mesure de rentrer dans le match, un peu comme au premier set face à Kvitova, explique Bartoli. Pour gagner, il faudra que je produise la même performance que dans les deuxième et troisième sets."





RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

à lire aussi

Buzz sport

Ligue 1 et Liga, même combat ! Ligue 1

Ligue 1 et Liga, même combat !

Les deux championnats sont complètement fous. Real - Barca et Monaco - PSG sont à égalité ce qui permet d’avoir une fin de saison exceptionnelle en France et en Espagne. Presque identique, seulement sur le papier, au même point que le Real et Monaco possèdent un match en retard. Des équipes jumelles, les Monégasques et le club de la capitale espagnole sont aussi en demi-finale de la Ligue des Champions, un calendrier qui pourrait faire la différence dans cette fin de saison complexe.