A quatre jours du coup d’envoi de Roland-Garros, les Français ne brillent pas par leurs résultats. Revue d’effectif avant le rendez-vous Porte d’Auteuil.

Richard Gasquet
Huitième de finaliste ces trois dernières années Porte d’Auteuil, le numéro 1 français n’est pas sûr d’être remis à temps pour défendre ses chances. Gêné par des problèmes de dos, il n’a plus joué depuis son élimination à Miami le 25 mars dernier. Absent à Monte-Carlo, Madrid et Rome, prendra-t-il le risque de s’aligner à Roland-Garros sans aucun match officiel sur terre battue ? De retour à l’entraînement, il a annoncé ne pas avoir avoir pris de décision sur sa participation.

Jo-Wilfried Tsonga
Toute la France s’était mise à rêver et à voir en lui le successeur de Yannick Noah, dernier Tricolore à avoir inscrit son nom au palmarès à Roland-Garros. Mais le parcours héroïque de Jo-Wilfried Tsonga a été stoppé par David Ferrer en demi-finale l’an dernier. Et vu ses résultats sur terre battue cette saison, difficile de l’imaginer rééditer pareil exploit. Sorti en quart de finale à Monte-Carlo par Roger Federer en trois sets après avoir remporté le premier, il n’a pas brillé à Madrid (sorti au 2e tour par Giraldo) ou à Rome (sorti en 16e par Raonic), et a décidé de ne pas s’aligner à Nice pour débarquer en forme. Mais le Manceau est capable de se transcender devant le public parisien.

Gaël Monfils
Victime d’une entorse de la cheville en demi-finale à Bucarest contre Dimitrov il y a un mois, Gaël Monfils a préféré renoncer à s’aligner en simple à Nice cette semaine. Pas vraiment rassurant alors que Roland-Garros débute dimanche. Verra-t-on le Monfils capable d’atteindre les demies (2008) ou les quarts de finale (2009 et 2011) et d’enflammer le central par ses glissades et son côté show-man ? A moins qu’il ne soit pas en état de jouer, comme en 2012. C’est pour l’instant un mystère, même si sa participation à Roland-Garros n’a pas été remise en question.

Gilles Simon
Eliminé au premier tour à Monte-Carlo par Gabashvili, 58e mondial, avant de mordre deux fois de suite la poussière devant Kubot à Bucarest (quarts) et Madrid (2e tour), Gilles Simon a rassuré en bousculant Nadal au 2e tour à Rome (6-7, 7-6, 2-6). De quoi faire le plein de confiance même si l’Espagnol est loin de son meilleur niveau depuis le début de la saison sur terre battue. Il en faudra pour espérer atteindre les 8e de finale comme en 2011 et en 2013 pour un joueur qui n’a gagné que neuf matches (en tableau final) cette année.

Benoît Paire
Comme pour Richard Gasquet, sa participation est encore incertaine. Gêné par son genou gauche depuis plusieurs semaines, Benoît Paire a songé arrêter sa saison. Il passera de nouveaux examens vendredi pour décider s’il s’aligne à Roland-Garros, où il a atteint les 16e de finale l’an dernier. S’il venait à être présent, difficile de l’imaginer réaliser un exploit et d’atteindre la deuxième semaine vue sa forme physique, même s’il est capable du meilleur… comme du pire.

Les autres
Après un début de saison morose, Jérémy Chardy a retrouvé le sourire en atteignant les quarts à Rome en sortant notamment Roger Federer. Un résultat à confirmer à Roland-Garros, où il a réalisé sa meilleure performance l’an dernier avec un 16e de finale. Également éliminé au même stade Porte d’Auteil, Julien Benneteau reste sur une victoire au Challenger de Bordeaux, idéale pour la confiance après un début de saison également raté. Edouard-Roger Vasselin n’a gagné que dix matches sur le circuit principal depuis sa finale à Chennai en début d’année, et seulement trois sur terre battue. A sa décharge, il a été éliminé par Andujar (Monaco), Kohlschreiber (Barcelone), Tsonga (Madrid) et Dimitrov (Rome), pas non plus des cadeaux sur cette surface. Rarement à la fête sur terre, Nicolas Mahut s’est rassuré en passant le premier tour à Nice, exploit réalisé à seulement deux reprises en onze participations à RG. Et pourquoi ne pas miser sur Paul-Henri Mathieu, souvent à la fête Porte d’Auteil, et de retour au meilleur des moments ?