L’attribution à Pékin de l’organisation des jeux Olympiques d’hiver 2022 est un choix sûr et historique, a réagi le président du CIO Thomas Bach, pour qui la Chine s’acquittera de ses engagements.

Avec la grande expérience de la Chine dans l’organisation d’événements de grande ampleur, c’est vraiment un choix sûr. Nous savons que la Chine
s’acquittera de ses engagements et tiendra ses promesses
, a déclaré Thomas Bach après la désignation de Pékin, préférée à Almaty. C’est une victoire historique pour Pékin, qui à partir d’aujourd’hui est la première ville à organiser à la fois des jeux Olympiques d’été et d’hiver, a souligné le président du CIO.

Interrogé sur le fait que trois éditions des JO vont se dérouler successivement en Asie (JO d’hiver 2018 en Corée du Sud, JO d’été 2020 à Tokyo et JO d’hiver 2022 à Pékin), M. Bach a répondu: Nous avons toujours décidé au CIO d’une rotation géographique officieuse. Dans le passé c’était très centré sur l’Europe. Ce choix (de Pékin), est l’expression de la mondialisation.

Certains pays ont organisé les Jeux à de nombreuses reprises

Aujourd’hui, c’est une journée tout à fait remarquable qui fera date dans l’histoire, a réagi de son côté le maire de Pékin Wang Anshun. Pour expliquer le choix des membres du CIO, il a ajouté que la Chine jouit d’une stabilité économique et que la population chinoise soutient totalement Pékin dans sa candidature. Dans l’histoire du mouvement olympique, certains pays ont organisé les Jeux à de nombreuses reprises, a-t-il ensuite tenu à souligner.

Pékin accueillera les Jeux d’hiver, seulement 14 ans après avoir organisé ses premiers Jeux, d’été, en 2008. Ce ne sera que la deuxième fois en 120 ans d’Histoire olympique qu’un pays de 1,3 milliard d’habitants, qui représente le quart de la population mondiale, organise des Jeux, a précisé le maire de Pékin.