Le XV de France affronte l’Australie en test-match, samedi, à Brisbane. Une opposition de choix pour des Bleus qui restent sur un tournoi des Six Nations en demi-teinte. Frédéric Michalak sera titulaire à l’ouverture pour ce premier match de la tournée estivale.

Le XV de France risque-t-il d’être surclassé par une équipe d’Australie en meilleure forme que lui ? Victorieux de l’Irlande et du Pays de Galles à l’automne, les joueurs du coach Ewen McKenzie se présentent face aux Bleus avec un capital confiance supérieur à celui. Ces derniers sortent d’une campagne 2013 catastrophique, avec seulement deux victoires pour huit défaites.

Le tournoi des Six Nations n’a pas rassuré, avec une quatrième place décevante. Les hommes de Philippe Saint-André se déplacent pourtant en Australie avec l’objectif de reléguer ces contre-performances aux oubliettes, soucieux de recréer un fond de jeu plus séduisant qu’en hiver. PSA l’assure, le XV de France va essayer de bien défendre et d’être très agressif.

Dusautoir n’est pas là


Mais l’absence de titulaires indiscutables comme celle du capitaine Thierry Dusautoir pénalise une équipe jeune et en manque de repères. La présence de Frédéric Michalak (31 ans, 68 sélections) à l’ouverture apporte aux Bleus un supplément de maîtrise. Un des rares espoirs français réside dans la faible expérience des Wallabies, avec notamment une charnière Nic White et Bernard Foley inconnue au plus haut niveau, malgré de belles prestations en club. La défense australienne inquiète également, tout aussi friable que celles des Bleus contre le Pays de Galles ou l’Irlande, en mars dernier.

Pas de gros avantage donc pour les Australiens, encore en rodage et loin d’être aussi impressionnants que ce 27 novembre 2010 où ils avaient infligé au XV de France une défaite historique au Stade de France(16-59). De quoi espérer une victoire de prestige côté français, vingt-quatre ans après le dernier succès en Australie ?

Thibaud Le Meneec