La 6e journée du Top 14 a été marquée samedi par l’écrasante victoire du RC Toulon face à Oyonnax (61-3), le succès de Brive sur la pelouse de Pau (18-13), la courte victoire de l’UBB devant le Stade Toulousain (12-10) et la défaite à domicile de Castres devant Grenoble (23-31).

Toulon écrase Oyonnax

Le RC Toulon a laminé Oyonnax 61 à 3 sur la pelouse du stade Mayol, prenant le bonus offensif et réagissant après la défaite contre Brive (29-26) lors de la 6e journée du Top 14. En un quart d’heure, il était clair que les Varois,rentrés très concentrés dans leur rencontre, avaient retrouvé leurs automatismes. Même si c’est Oyonnax qui a ouvert le score, à la 10me minute, par l’intermédiaire de l’ouvreur Robinson (0-3). Ce seront les seuls points de l’USO. Car dès sa première attaque placée, le Rugby club toulonnais a franchi la ligne, Bastareaud inscrivant le premier essai des siens après une longue action de près de dix phases de jeu (7-3, 15e). En première période, deux autres essais de J. Smith (24e) et Tuisova (28e) ont permis à Toulon de mener 30-3 à la sirène. L’un des symboles de la rencontre est d’ailleurs la manière dont Tuisova enfonce littéralement Weepu sur son essai. Au retour des vestiaires, les joueurs de l’Ain ont encaissé un nouvel essai, après seulement quatre minutes de jeu, tout aussi symbolique: partis de leurs 22 mètres, les Toulonnais ont remonté tout le terrain pour aplatir. A la relance, Tuisova a éliminé trois adversaires avant de transmettre. Mermoz a fait le boulot et offert le quatrième essai varois à Taofifénua, bien placé (35-3, 44e). Oyonnax encaissera 26 autres points – dont trois essais – pour finalement s’incliner 61 à 3. Les Toulonnais, après cette victoire bonifiée, peuvent sereinement préparer leur déplacement à Grenoble, forts de leurs bonnes habitudes retrouvées.

Bordeaux a eu chaud face à Toulouse

Bordeaux-Bègles a souffert pour se défaire de Toulouse (12-10) et confirmer ses bonnes dispositions actuelles au classement du Top 14. Les hommes de Raphaël Ibanez ont eu chaud, c’est peu de le dire. Mais leur courage, leur solidarité et les imprécisions toulousaines nombreuses leur ont permis de prendre quatre points qui leur permet de rester en bonne position et de se rapprocher du Stade qui peut repartir frustré au regard de sa fin de match. Depuis quelques années, les oppositions entre Bordelais et Toulousains se jouent sur des détails mais souvent à l’avantage des Toulousains. Encore une fois, les débats ont été serrés, avec un aspect tactique important dans les vingt premières minutes durant lesquelles on a plus pensé à rester bien en place qu’à envoyer du jeu. Ce faux rythme a été brisé par un franchissement de Fritz qui provoquait le déséquilibre et après plusieurs temps de jeu, Clerc, servi à hauteur par Doussain, plantait la première banderille (21). La réaction girondine était immédiate et les coéquipiers de Marais insistaient devant où Toulouse, en plus de commettre pas mal de turnovers, manquait de discipline – son pêché mignon cette saison – et Serin, 26 points la semaine dernière à Agen, se chargeait de récompenser ce labeur avec trois pénalités (9-7, 38). L’UBB, redevenue joueuse, vendangea deux surnombres sur deux passes au pied mal senties de Lonca (37) et surtout Goujon (57) alors que Guitoune attendait à sa hauteur, sans parler de l’essai refusé, justement, à la vidéo à Taofifenua. La seule pénalité réussie par Serin (52) lors de cette grosse domination n’a pas suffi à mettre les Toulousains à distance qui, sur deux éclairs de Clerc étaient à deux doigts de recoller au score. La pression changeait de camp en fin de match avec des Bordelais en manque de souffle évident. Doussain ajoutait trois points sur pénalité (70) mais les hommes de Ugo Mola se heurtaient jusqu’au bout à une bonne défense bordelaise qui ne lâchait rien.

Castres chute à domicile

Castres, réduit à quatorze, a subi sa première défaite de la saison à domicile face à Grenoble (23-31), à l’issue d’une rencontre ménageant le suspense jusqu’au bout. Le CO, défait au Stade Français (22-9) lors de la précédente journée, subit un coup d’arrêt et stagne à la 9e place avant un déplacement périlleux à Clermont le week-end prochain. Grenoble (8e), en quête de rebond après sa défaite à domicile face à Montpellier (19-30), a lui réussi un coup à Pierre-Antoine, face à un adversaire qui l’avait battu en fin de saison dernière au Stade des Alpes. Après une mauvaise entame ponctuée de deux essais grenoblois, signés Kimlin dès la 2e minute et Farrell (11e), les choses se sont compliquées pour de bon pour le CO avec l’exclusion d’Alexandre Bias pour un coup de poing (25e). En supériorité numérique, les hommes de Fabrice Landreau ont immédiatement rajouté un troisième essai par Mignot (27e). Mais même à 14 contre 15, les Castrais — avec Rory Kockott et Rémy Grosso titularisés dès leur retour de la Coupe du monde – ont sonné la rébellion et cru jusqu’au bout à un retour grâce à des essais de David Smith (29e) et Geoffrey Palis (54). Le néo-international Grosso en avait inscrit un premier (17e) avant l’exclusion de Bias. Mais Grenoble réussissait à contrôler la fin de match pour signer une victoire à l’extérieur cruciale avant la réception de Toulon dimanche prochain.

Brive s’impose à Pau

Brive a conforté samedi à Pau, où il s’est imposé logiquement (18-13) sa 5e place au classement et sa solidité, plongeant dans l’embarras le promu palois, englué à la 11e place avec les relégables à ses talons. Rien de contestable dans cette victoire à l’extérieur des Corréziens, même réduits à treize pendant quelques minutes, dont les avants ont très nettement dominé les débats, ouvrant la voie à la botte de Germain, auteur des 18 points de son équipe. Mêlées pas maîtrisées, pénalités manquées et cartons jaunes distribués à trois reprises ont constitué l’essentiel du premier acte, très haché. Les mêléee se sont soldé par cinq pénalités, dont quatre en faveur des Brivistes et un carton jaune au pilier droit palois, Euan Murray. Mais, alors que les Corréziens dominaient ce secteur, c’est au retour de l’international écossais qu’ils ont encaissé un essai de pénalité. La faute, en partie, au carton jaune reçu par Johan Snyman, leur 2e ligne sud-africain, qui affaiblissait bien trop son pack. Peu après Snyman, c’était au tour du centre Christopher Tuatara, coupable d’un placage dangereux sur Damien Traille, de quitter ses coéquipiers. L’essai de pénalité logiquement validé (10-3, 40e+2) devait permettre de débloquer un match bien insipide, avec juste une pénalité du Palois Marques répondant à celle de Germain. C’est à ses avants que Brive confiait la mission de revenir au score. De fait, ils parvenaient à pousser la défense paloise à la faute, et permettaient au buteur Germain d’assurer les points. Rapidement les Corréziens revenaient au score (10-9, 58e) sur des Palois très indisciplinés qui terminaient à 14 (Ramsay exclu) et laissaient les Brivistes dominer copieusement cette deuxième période. Germain redevenu précis, les Corréziens s’envolaient (10-18) vers leur première victoire à l’extérieur sans être contrariés. Pau, juste avant le coup de sifflet final, arrivait à sauver par Fajardo un bonus défensif inespéré (13-18). Pas assez pour rassurer les Béarnais avant un déplacement à Oyonnax.