Pour Agen, le maintien, c'est maintenant

Rugby / Top 14

Pour Agen, le maintien, c'est maintenant

Pour Agen, le maintien, c'est maintenant

Vendredi 14 septembre 2012 - 15:36

Englué dans les bas-fonds du Top 14 avec deux bonus défensifs comme seul butin, Agen joue une grande part de son avenir dans l'élite lors des trois prochaines journées où il défiera trois équipes annoncées comme des concurrentes pour le maintien: Grenoble, Mont-de-Marsan et Bordeaux-Bègles.

Quatre journées, quatre défaites dont déjà deux à domicile: le directeur du rugby agenais Philippe Sella avait sans doute rêvé mieux pour son retour dans le club qui l'a fait roi.

Qu'est-ce qui ne tourne pas rond au pays des pruneaux ? De l'extérieur, on pourrait parler de départ raté, de début de crise. A l'intérieur, on préfère garder son sang-froid et positiver. "Il n'y pas de crise. Le groupe vit bien, on travaille dur aux entraînements, il nous manque juste une première victoire", clame Sella.

"Un succès nous amènerait la confiance qui nous fait tant défaut", renchérit Mathieu Blin, le responsable des avants, arrivé à l'intersaison mais sans expérience en tant qu'entraîneur.

Sauf qu'Agen n'a pas le temps d'attendre que la greffe prenne -arrivées de Sella, Blin, mais aussi de David Darricarrère qui s'occupe des arrières et des préparateurs physiques Jean-Luc Arnaud et Laurent Arbo- et que les messages passent, avec un nouveau système de jeu annoncé "plus ambitieux".

Surtout que le SUA a perdu plusieurs de ses cadres à l'intersaison avec les départs de Machenaud (Racing-Métro), Dulin (Castres), Ahoteiloa et Senekal (Bayonne) ainsi que celui du capitaine Badenhorst (retraite) et doit faire face à une cascade de blessures qui a littéralement plombé ses plans.

"Ca va forcément payer"


Entre les absents du début de saison (Muller, Fa'aoso, Lagrange, Giraud, Vaka), les recrues arrivées blessées (Blair, Malonga) ou hors de forme (Falefa), le pénultième budget du Top 14 (13,19 M d'euros) n'a pas la profondeur de banc des grosses écuries et ne peut se reposer sur un effectif extensible, comme l'a démontré la déroute subie samedi à Toulouse (13-62) avec près de quinze titulaires manquant à l'appel.

"On manque de chance, reconnaît Darricarrère. Et de réussite aussi car si nous sommes allés huit fois derrière la ligne, seuls quatre essais ont été validés depuis le début de la saison. Ça va forcément payer".

On pourrait aussi pointer du doigt certaines carences défensives, un déficit de puissance et ce mal récurrent en mêlée fermée - "même s'il y a du mieux", note Blin- pour expliquer ce mauvais départ.

L'arrière Silvère Tian qui a connu pareille situation avec Bourgoin il y a deux saisons, avoue que "ce n'est pas comparable". Le club isérois était "miné par des problèmes financiers qui rejaillissaient sur le terrain. Pour chasser les doutes, il nous manque juste une victoire, c'est tout !", insiste l'Ivoirien.

Après la claque, le déclic ? Il est souhaité par tout Armandie dès samedi avec la réception de Grenoble, promu surprise (5e) qui, lui, n'a pas tardé à (re)trouvé le rythme du Top 14 (3 victoires, 1 défaite).

Et la suite sera observée avec attention avec un déplacement crucial à Mont-de-Marsan, bon dernier et pour l'heure sans un point, puis la réception du voisin bordelais, à peine mieux loti (12e) pour un derby de la Garonne déjà capital.





Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr


Fiche du Stats

Top 14
Journée 5

Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine

« Notre projet ne s'arrête pas là. »

Vadim Vasilyev, vice-président de Monaco

Direct Live