Comme la saison passée, Toulon a été sacré champion d’Europe. Emmené par un Wilkinson impeccable au pied, le RCT a dominé les Saracens (23-6) pour conserver son titre.

Toulon l’a fait. Pour la première fois, un club français a réussi à conserver son titre de champion d’Europe. Ce ne fut pas facile, du moins au début, contre une solide équipe des Saracens, qui a fini par craquer sur deux essais de génie et face à un Wilkinson auteur d’un nouveau 100% au pied. Toulon a mis près d’une demi-heure à trouver la faille face à des Saracens plus puissants et plus efficaces. Les Anglais ont connu un bien meilleur départ, à l’image de cette pénalité de Farrel qui leur a permis de prendre rapidement la tête (4e, 0-3). Mais l’ouvreur anglais a ensuite connu trop de déchet au pied pour permettre aux siens de creuser l’écart (21e, 23e). Des ratés qui ont permis au RCT de rester en vie.

La délivrance est venue d’un éclair de génie de Giteau. Décalé par Wilkinson, l’Australien envoyait une merveille de passe au pied à Mitchell et suivait parfaitement pour récupérer le ballon et inscrire le premier essai du match (29e). Wilkinson ne se faisait pas prier pour transformer (7-3), avant de donner plus d’avance au siens sur un drop parfait juste avant la pause (37e, 10-3). La machine toulounaise s’est ensuite mise en route au retour des vestiaires. Malgré la pénalité de Farrel, réussie cette fois (46e, 10-6), la troupe de Bernard Laporte a pris son temps, épuisant la défense anglaise. Wilkinson a remis les siens dans le droit chemin avec une pénalité parfaitement exécutée de 46 mètres (53e, 13-6). Puis le RCT a enfoncé le flou sur une superbe action orchestrée par Bastareaud, et relayée Fernandez Lobbé, qui réalisait un une-deux avec Smith pour lui offrir le deuxième essai, transformé bien entendu par Wilkinson (20-6, 61e).

Alors qu’ils n’avaient encaissé que deux essais depuis le début de la compétition, les Saracens ne s’en relevaient pas. Wilkinson continuait son sans faute avec une nouvelle pénalité (63e, 23-6). Mourad Boudjellal pouvait lever les bras, Bernard Laporte faire tourner son équipe pour faire participer tout le monde à la fête et offrir une belle ovation à Wilko, encore une fois parfait. Troisième équipe à conserver son titre sur la scène européenne, après Leicester (2001-2002) et Leinster (2011-2012), le RCT tentera d’être la première à réaliser la passe de trois la saison prochaine. Mais il y a tout d’abord un Brennus à aller conquérir dans une semaine pour un doublé retentissant.