Dans un entretien à RMC Sport, Bernard Laporte, président de la FFR a fixé des objectifs élevés pour la tournée de novembre des Bleus. Pour rappel, l’équipe de France affrontera  la Nouvelle-Zélande à deux reprises, l’Afrique du Sud et le Japon. Gros calendrier !

« J’ai dit qu’il fallait gagner trois matchs sur quatre. Si un président et un sélectionneur ne sont pas ambitieux, ce n’est pas la peine d’y aller. Je ne veux pas revivre ce que l’on a vécu en 2015. Tout allait bien pendant quatre ans, on se mentait. Et on a explosé en plein vol ! (ndlr : contre la Nouvelle-Zélande en quart de finale de la Coupe du monde). Je ne veux plus tout ça. Cette tournée sera importante d’enseignements mais ce sera avec le staff en place. Il n’est pas question de changer qui que ce soit. On est ensemble. A nous de trouver les bonnes solutions« , a indiqué Bernard Laporte à RMC.

Avant de revenir sur ses relations avec le sélectionneur Guy Novès : « il n’y a aucun souci. J’entendais ici ou là « ils vont se fâcher et ils ne s’entendront pas » mais  dans ma tête c’était clair. Un président, ça préside et ça ne sélectionne pas. Je savais que ça fonctionnerait bien. J’ai plaisir à échanger avec eux. Je vis certainement aussi par procuration. J’ai encore échangé avec lui en rentrant de Clermont-Ferrand. Je le sens décidé et motivé mais évidemment déçu après la blessure de Camille Lopez à qui on souhaite un prompt rétablissement. C’est d’abord un coup dur pour lui mais aussi pour l’équipe de France. »