Donald Sterling a présenté ses excuses et s’est défendu d’être raciste lors d’un entretien.

Donald Strerling est sorti pour la première fois de son silence. Attaqué de toute part après la révélation d’un enregistrement dans lequel il interdit à sa maîtresse de venir aux matches de son équipe accompagnée de noirs, le propriétaire des Los Angeles Clippers a fait profil bas.

Je suis quelqu’un de bien qui a fait une erreur, je présente mes excuses et je demande qu’on me pardonne, a déclaré l’homme d’affaires, à la tête de l’autre franchise de LA depuis 1981, niant être raciste lors de cet entretien accordé à CNN dont les premiers extraits ont été diffusés avant l’intégralité de la vidéo ce lundi soir. Ai-je le droit à une erreur après 35 années ? J’aime la NBA, j’aime les gens avec qui je travaille. Ai-je droit à une erreur ? C’était une terrible erreur et je ne le ferai plus. Je ne suis pas raciste, j’ai fait une erreur horrible et je suis là pour m’excuser, a rajouté Sterling, rapidement suspendu à vie par la NBA après l’explosion de cette affaire.

Malgré les critiques et l’image renvoyée, il n’a pas tiré un trait sur les Clippers. Si les autres propriétaires pensent que je peux avoir une seconde chance, ils me la donneront, a-t-il fait savoir, alors que les autres propriétaires des franchises NBA doivent décider si la Ligue doit obliger Sterling à vendre les Clippers. Pas sûr que ce mea-culpa tardif ne change quelque chose…