Les JO de A à Z... ou presque

Omnisports / JO 2012

Les JO de A à Z... ou presque
Photo TEAMSHOOT

Les JO de A à Z... ou presque

Dimanche 12 août 2012 - 21:34

De A comme Athlétisme à V comme voile, retour sur les principales disciplines au programme des Jeux olympiques de Londres.

ATHLETISME Un podium Bolt, Rudisha, et Farah

Usain Bolt, auteur du triplé en sprint (100, 200, 4x100 m) comme en 2008, et le Britannique d'origine somalienne Mo Farah, vainqueur sur 5000 et 10.000 m, ont été les grands animateurs de la dernière semaine des JO. Bolt est le sprinteur le plus titré (6 médailles d'or en 2 JO). Il a terminé sa collecte par un record du monde sur le 4x100 m avec la Jamaïque (36.84); l'un des quatre records battus avec le 800 m par le Kényan David Rudisha (1 min 40 sec 91), le 20 km marche dames par la Russe Elena Lashmanova (1 h 25 min 02) et le 4x100 m dames par les Etats-Unis (40 sec 82); un record propriété de l'Allemagne de l'Est depuis 1985.

Le Britannique Mo Farah a lui réalisé le doublé sur les épreuves de fond, remportant notamment le 10.000 m devant le grand favori, l'Ethiopien Kenenisa Bekele, l'un des grands battus de la semaine, avec la Russe Yelena Isinbayeva, qui s'est contentée du bronze à la perche.

Côté français, ce sont deux médailles, comme à Pékin, avec une nouvelle fois l'argent de Mahiedine Mekhissi sur 3.000 m steeple. Avec de l'or en plus grâce à la perche, avec Renaud Lavillenie. Le premier champion olympique de l'athlétisme bleu depuis 1996 et les Jeux d'Atlanta.

AVIRON moisson britannique

Steve Redgrave l'avait annoncé, les rameurs britanniques l'ont fait : une moisson record de 9 médailles dont 4 d'or sur le bassin d'Eton, mieux que leurs ainés de 1908, déjà à Londres. Avec la palme pour les filles (3 titres) et particulièrement le deux sans barreur d'Helen Glover et Heather Stanning qui a mis fin à cinq jours de souffrance d'un pays-hôte alors en manque d'or.

La Nouvelle-Zélande a pris une bonne part de gâteau avec cinq médailles dont trois titres. L'Allemagne est montée sur la 3e marche du podium des nations, dans le sillage d'un huit messieurs impérial et invaincu sur toute l'Olympiade. A l'opposé, l'aviron canadien a perdu l'éclat de Pékin (1re nation) pour se noyer dans les eaux anglaises (10e).

Côté français, l'aviron français rêvait de renouer avec l'or mais a dû se contenter d'un argent de poche avec le deux sans barreur de Germain Chardin et Adrien Mortelette. Sans cela, l'aviron tricolore serait reparti bredouille de Londres, ce qu'il avait évité depuis 1996.

CYCLISME Rule Britannia

La Grande-Bretagne a confisqué sept des dix titres mis en jeu sur la piste. Chris Hoy et Jason Kenny dans le sprint, les deux équipes (messieurs et dames) de poursuite, ont emballé le vélodrome olympique, théâtre de dix records du monde. Après la défaite initiale de Mark Cavendish dans la course en ligne, gagnée par le vétéran kazakh Alexandre Vinokourov (38 ans), Bradley Wiggins a survolé le contre-la-montre, dix jours après son succès du Tour de France. Le BMX (le Letton Maris Strombergs, la Colombienne Mariana Pajon) et le VTT (la Française Julie Bresset, le Tchèque Jaroslav Kulhavy) ont échappé à la domination britannique.

Côté France, avant la crevaison de Julien Absalon, synonyme d'élimination pour le tenant du titre en VTT, c'est Julie Bresset, médaillée d'or en cross-country, qui avait éclairé un tableau jusque-là en demi-teinte, notamment sur la piste où Grégory Baugé et ses coéquipiers (Kévin Sireau, Michael d'Almeida) visaient plus que l'argent en individuel et par équipes. En BMX, la route a aussi tourné court pour les Français, hormis les promesses laissées par une jeune équipe féminine.

EQUITATION Team GB en selle

La Grande-Bretagne, seul pays à remporter des médailles, cinq dont trois d'or, dans les trois disciplines (concours complet, saut d'obstacles et dressage), a dominé les épreuves. En dressage, les Britanniques, qui n'avaient jamais conquis le sommet, ont remporté deux victoires annoncées, par équipes et en individuel grâce à Charlotte Dujardin. C'est que pour leurs Jeux, ils avaient mis les moyens financiers. Ils y ont ajouté la touche royale avec l'argent par équipes en complet de Zara Phillips, petite-fille de la reine Elizabeth II. En CSO, ils ont mis fin à 60 ans d'attente avec la victoire par équipes, qui a récompensé la longue carrière de Nick Skelton.

Comme aux jeux Olympiques 2008, la France revient bredouille de Londres.

GYMNASTIQUE Globalisation

Si l'hymne chinois avait quasiment tourné en boucle à Pékin, la gymnastique s'est mise à l'heure de la mondialisation à Londres. Le Japonais Kohei Uchimura a éclaboussé de sa classe le concours général masculin, tandis que Gabrielle Douglas, la première petite perle noire de la gymnastique artistique, a fait mieux en doublant l'or du concours général avec "le par équipes".

Epke Zonderland a assuré le spectacle. Avec une combinaison inédite et très risquée de trois lâchers à la barre fixe, l'as de la voltige a offert aux Pays-Bas leur premier titre olympique de la gymnastique d'après-guerre.

JUDO Plongeon du Japon

Le judo nippon a plongé à Londres, vivant sa pire édition des JO depuis l'entrée de la discipline au programme olympique si l'on excepte Séoul 1988 où les Japonais avaient remporté seulement une médaille, mais avec deux fois moins de concurrents puisque les femmes n'étaient pas en compétition. Avec sept médailles mais un seul titre, le Japon termine derrière sa plus fidèle rivale, la France, mais surtout derrière la Russie, en tête du classement des nations grâce aux trois titres remportés chez les hommes.

Globalement, les épreuves de judo n'ont pas souri aux favoris, excepté les Français Teddy Riner (+100kg) et Lucie Décosse (-70kg) ou le sud-Coréen Kim Jae-bum.

Si les troisièmes places des championnes du monde Gévrise Emane (-63kg), Audrey Tcheuméo (-78kg), voire du champion d'Europe Ugo Legrand (-73kg), furent des semi-déceptions au regard de leurs ambitions et de leur talent, celles d'Automne Pavia (-57kg) et de Priscilla Gneto (-52kg) ont été de vraies bonnes surprises pour le judo français qui a rempli son objectif

NATATION Phelps et ses héritiers

La mégastar de la natation, homme de tous les titres et tous les records, l'Américain Michael Phelps, a mis fin à Londres à son règne après une décennie de gloire. Il a placé la barre bien haute avec un record absolu de 22 médailles olympiques, dont 18 en or. Les Etats-Unis terminent une fois de plus en tête du classement des médailles (30 dont 16 en or). Les Français Yannick Agnel et Florent Manaudou ont fait sensation, tout comme la Chine, qui a terminé 2e au classement général (10 médailles dont 5 en or), a fait beaucoup parler d'elle avec un phénomène, la spécialiste du 4 nages Ye Shiwen, seulement 16 ans.

La France, qui a enregistré son plus beau résultat aux Jeux avec 7 médailles dont 4 en or (3e nation derrière les Etats-Unis et la Chine), a vécu une passation de génération. Le principal couac est à mettre au passif du dossiste Camille Lacourt, promis au titre olympique et qui a échoué au pied du podium. L'inédit est venu du mythique relais 4x100 m libre messieurs, que la France a enfin remporté.

SPORTS COLLECTIFS avantage Etats-Unis

Mention particulière aux Etats-Unis, qui dominent toujours de la tête et des épaules le basket, avec un cinquième titre olympique d'affilée pour l'équipe féminine, victorieuse des "braqueuses" françaises. Les Etats-Unis gagnent même un troisième titre collectif avec le football féminin, leur quatrième d'affilée, la médaille d'or chez les messieurs s'offrant finalement aux Mexicains face à des Brésiliens pourtant grands favoris.

Du côté du hand, les "Experts" français ont confirmé leur titre de Pékin. Enfin, au volley-ball, le Brésil a raté le doublé, avec la victoire de sa sélection féminine, championne olympique en titre, mais la défaite chez les hommes face à la Russie.

VOILE "Beano" roi de l'eau

Les Australiens, repartis de Weymouth avec trois médailles d'or (49er, Laser et 470 hommes) et une d'argent, ont assommé les "Pommies" de Team GB, qui n'ont remporté qu'une seule médaille d'or dans leurs eaux avec "Beano" Ainslie en Finn, et quatre d'argent.

L'équipe de France, qui avait préparé ces JO 2012 avec sérieux, était venue plusieurs fois à Weymouth et visait 6 médailles. Le résultat est moins brillant : une médaille de bronze en Finn (Jonathan Lobert).

Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr



Le Zapping Sport.fr de la semaine : Cristiano Ronaldo, Messi, James Rodriguez, Van Persie, Ibrahimovic

Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine