Le Conseil d’Etat a rejeté vendredi le recours de Romain Barnier, entraîneur du Cercle de nageurs de Marseille, contre sa suspension pour six mois pour s’être opposé à un contrôle antidopage en octobre dernier.

Le coach de 41 ans, qui a notamment entraîné Florent Manaudou, avait saisi en référé la plus haute juridiction administrative pour obtenir en urgence la suspension de cette mesure, prononcée par l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) le 6 juillet et effective depuis début août. Romain Barnier avait été sanctionné pour s’être opposé à un contrôle inopiné sur certaines de ses nageuses à l’entraînement, en octobre 2016. L’AFLD s’était autosaisie après le blanchiment de l’entraîneur par la Fédération française de natation (FFN) en première instance, en février.

Devant le Conseil d’Etat mercredi, Romain Barnier était lui-même venu plaider sa bonne foi, réfutant l’idée qu’il ait pu s’opposer à la volonté des préleveurs. D’après sa version, il avait simplement cherché à obtenir un report du contrôle, car l’une des nageuses avait une « séance d’ostéopathie importante ». « J’ai cherché une solution alternative, je n’ai pas refusé le contrôle », avait-il assuré. Mais le jour du contrôle avorté, il avait néanmoins signé un rapport sur l’incident mentionnant son refus. C’est ce point qui a motivé la décision du Conseil d’Etat: « Le rapport (…) établi lors des discussions qu’il a eues avec les agents de contrôle mentionne sa décision de s’opposer au contrôle et de le refuser, en des termes clairs, sur la portée desquels il n’a pu, en professionnel averti ayant déjà subi de nombreux contrôles, se méprendre. Il a signé ce document sans y avoir porté de réserve ni fait état d’une appréciation contraire », mentionne ainsi le jugement. L’enjeu était lourd pour l’entraîneur des Bleus aux JO de Rio. Il était candidat au poste de directeur technique national (DTN). Le poste avait finalement été attribué mercredi par le ministère des Sports à Julien Issoulié, quelques heures après l’audience devant le juge des référés au Palais Royal.

Jugement sur le fond à venir

La sanction interdit à Romain Barnier « de participer, directement ou indirectement, pendant six mois, à l’organisation et au déroulement des compétitions et manifestations sportives autorisées ou organisées par la Fédération française de natation ainsi qu’aux entraînements y préparant ». Après avoir tranché sur la demande en urgence, le Conseil d’Etat examinera ultérieurement sur le fond le recours de l’entraîneur contre la décision de l’AFLD.