La Française Priscilla Gneto s’est offert son premier titre de championne d’Europe de judo quelques mois seulement après ses premiers pas dans sa nouvelle catégorie de poids, celle des -57 kg, jeudi à Varsovie.

Jusqu’à la saison dernière, Priscilla Gneto (25 ans) combattait dans la catégorie inférieure. En -52 kg, la judoka a obtenu le bronze olympique en 2012, puis l’argent européen quatre ans plus tard, avant de connaître une désillusion aux JO-2016, disqualifiée d’entrée pour un mouvement non autorisé. Ses débuts, mi-février au prestigieux tournoi de Paris, traditionnel rendez-vous du début de saison, avaient été prometteurs avec une troisième place. En Pologne, elle a fait plus que confirmer son adaptation éclair en montant sur la plus haute marche du podium : très encourageant à quatre mois des Championnats du monde (28 août-3 septembre) à Budapest.

Avec Gneto, la France garde la main sur la catégorie, d’autant plus que Hélène Receveaux a arraché une médaille de bronze après s’être inclinée en demi-finale. Pour Receveaux (26 ans), il s’agit d’une première médaille internationale.

Dans les autres catégories en lice mercredi, l’aventure a tourné court pour les Bleus. Déception en particulier pour Amandine Buchard (21 ans), une des promesses de l’équipe de France, passée des -48 kg aux -52 kg la saison dernière, mais battue d’entrée aux pénalités dans le golden score. Côté messieurs, comme pour Mélanie Clément en -48kg, les trois jeunes combattants du jour découvraient les Championnats d’Europe : la marche a été trop haute. Vincent Manquest (-60 kg) et Alexandre Mariac (-66 kg) sont tombés dès le premier tour, Cédric Revol (-60 kg) au suivant.